mis à jour le

Le Zimbabwe s'insurge contre le maintien de l'interdiction du commerce de l'ivoire

Le président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a dénoncé mardi le refus de la communauté internationale de lever partiellement l'embargo sur le commerce de l'ivoire, ainsi que son pays le souhaite pour financer la protection des éléphants.

Réunie depuis la semaine dernière à Genève, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a rejeté une proposition du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie, qui souhaitent pouvoir vendre leur stock d'ivoire.

"Le sort de nos animaux sauvages est discuté à Genève, un endroit sans rapport avec eux", s'est insurgé M. Mnangagwa cité par le quotidien d'Etat The Herald.

"Les Européens ont laissé disparaître tous leurs animaux mais ils veulent imposer des règles à ceux qui ont réussi à protéger les leurs", a-t-il ajouté.

La CITES a strictement interdit en 1989 tout commerce de l'ivoire, très prisée dans les pays asiatiques, pour protéger les populations d'éléphants des braconniers.

Ces dix dernières années, le nombre de pachydermes africains, pour l'essentiel issus du sud du continent, s'est rétréci de 110.000 pour atteindre 415.000 spécimens, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). 

Quelque 40.000 éléphants africains sont victimes chaque année du braconnage.

Victime d'une grave crise économique, le Zimbabwe souhaite pouvoir vendre les stocks qu'il a accumulés au cours des ans pour financer ses efforts de conservation de la faune.

Selon M. Mnangagwa, les stocks de son pays et de ses deux voisins atteindrait une valeur de 600 millions de dollars.

"C'est une grosse somme que nous pourrions utiliser pour mener de grands projets", a plaidé le chef de l'Etat zimbabwéen.

Les pays d'Afrique australe assurent qu'un allègement de l'interdiction du commerce de l'ivoire faciliterait la gestion de leurs populations d'éléphants qui, disent-ils, détruisent des récoltes et mettent en danger de nombreux villages.

Les ONG de défense de la faune s'y opposent catégoriquement.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: les Sidama attendent les résultats du référendum d'autodétermination  Burkina: 18 jihadistes et un gendarme tués dans le nord  Ethiopie: les Sidama attendent les résultats du référendum d'autodétermination 

commerce

AFP

Le commerce illicite des pangolins toujours en hausse (ONG)

Le commerce illicite des pangolins toujours en hausse (ONG)

AFP

Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce

Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce

AFP

Le commerce de faune sauvage touche une espèce vertébrée terrestre sur cinq

Le commerce de faune sauvage touche une espèce vertébrée terrestre sur cinq

Zimbabwe

AFP

Air Zimbabwe reprend ses vols vers l'Afrique du Sud après un réglement de sa dette

Air Zimbabwe reprend ses vols vers l'Afrique du Sud après un réglement de sa dette

AFP

Plus de 50 éléphants victimes de la sécheresse en un mois au Zimbabwe

Plus de 50 éléphants victimes de la sécheresse en un mois au Zimbabwe

AFP

Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise

Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise