mis à jour le

Tunisie: le Premier ministre nie tout lien avec l'arrestation d'un rival électoral

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed, candidat à la présidentielle du 15 septembre, a nié mardi tout lien avec l'arrestation d'un des ses principaux rivaux, assurant que la justice agissait en toute indépendance dans son pays.

Inculpé en juillet avec son frère Ghazi pour "blanchiment d'argent", Nabil Karoui a été arrêté le 23 août alors qu'il revenait de Béja (nord-ouest), où il a ouvert un nouveau local de son parti Qalb Tounes ("Le coeur de la Tunisie"). Il est emprisonné à La Mornaguia, au nord de Tunis. Quant à son frère, le parti de M. Karoui affirme être sans nouvelle de lui.

Ce même parti a ensuite accusé "directement Youssef Chahed et son gang d'avoir orchestré l'arrestation".

"Aujourd'hui, on m'accuse d'être derrière toute arrestation", mais en Tunisie le pouvoir judiciaire est "totalement indépendant" du pouvoir politique, s'est défendu M. Chahed sur les ondes de Mosaïque FM. "Le chef du gouvernement ne peut nommer un juge et ne peut procéder à sa révocation".

Pour le plus jeune Premier ministre de l'histoire moderne du pays (43 ans), le timing de l'interpellation est même une preuve de cette indépendance. Ce rebondissement "peut avoir des répercussions et brouiller le climat politique", a-t-il lui-même regretté.

L'arrestation de Nabil Karoui, un personnage controversé du monde des médias, a fait grimper la tension à l'approche de la présidentielle, un scrutin anticipé faisant suite au décès fin juillet du chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi.

L'intérim est assuré par Mohamed Ennaceur, le président du Parlement.

En poste depuis 2016, M. Chahed a décidé la semaine dernière de déléguer ses pouvoirs au ministre de la Fonction publique Kamel Morjane. Mais il a refusé de démissionner.

La présidentielle, qui sera rapidement suivie d'élections législatives, apparaît particulièrement incertaine, dans l'unique pays rescapé des Printemps arabes de 2011.

A ce jour, 26 candidatures, sur près d'une centaine, ont été retenues par l'instance électorale au terme d'un examen préliminaire, dont celles de MM. Chahed et Karoui.

L'Isie a précisé que l'arrestation du second ne l'empêchait pas d'être candidat.

Elle doit fournir la liste définitive des candidatures le 31 août.

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011  Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle  Elections générales sous haute tension au Mozambique 

lien

AFP

A Anvers après Bruxelles, tapis rouge pour Tshisekedi qui retisse le lien avec la Belgique

A Anvers après Bruxelles, tapis rouge pour Tshisekedi qui retisse le lien avec la Belgique

AFP

Ethiopie: plus de 250 arrestations en lien avec la "tentative de coup d'Etat" régional

Ethiopie: plus de 250 arrestations en lien avec la "tentative de coup d'Etat" régional

AFP

Ethiopie: plus de 250 arrestations en lien avec la "tentative de coup d'Etat" régional

Ethiopie: plus de 250 arrestations en lien avec la "tentative de coup d'Etat" régional

ministre

AFP

Le Nobel de la paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Le Nobel de la paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

AFP

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

AFP

L'Ethiopie "fière en tant que nation" du Nobel de la paix de son Premier ministre

L'Ethiopie "fière en tant que nation" du Nobel de la paix de son Premier ministre