mis à jour le

Soudan du Sud: libération d'un journaliste détenu depuis la mi-juillet

Un journaliste sud-soudanais détenu depuis la mi-juillet par les services de sécurité de son pays a été libéré au cours du weekend, sans qu'aucune charge ait été retenue contre lui, a-t-il annoncé lundi à l'AFP.

"Je suis resté 39 jours à l'intérieur et aucune charge n'a été retenue contre moi (...) et c'est pourquoi ils ont décidé de me libérer", a déclaré Michael Christopher, rédacteur en chef du quotidien en arabe al-Watan.

M. Christopher était détenu sans explication par les services de sécurité depuis le 17 juillet.

Deux jours plus tôt, le journaliste et son épouse avaient été forcés à quitter un avion à destination de Nairobi, où il devait se rendre pour des raisons médicales. Son passeport avait été confisqué et il avait reçu l'ordre de se présenter au siège des services de sécurité.

Les États-Unis, des organisations internationales de défense des droits humains et des militants sud-soudanais avaient multiplié les appels en faveur de sa libération.

M. Christopher a assuré à l'AFP avoir été bien traité pendant sa détention et avoir été essentiellement interrogé sur des propos qu'il avait tenus dans une interview avec Voice of America au sujet de la fermeture de son journal en mars et des menaces de mort qu'il avait alors reçues.

Les autorités s'étaient senties visées par ses déclarations. Mais le journaliste a certifié lundi que telle n'était pas son intention.

"Ceux qui m'ont appelé et menacé de mort, ce n'était pas l'autorité des médias, c'était des personnes privées et j'ai lancé des poursuites contre elles", a-t-il dit.

M. Christopher avait suscité la colère des autorités pour ses articles favorables au soulèvement populaire au Soudan, et la licence d'opération de son journal n'avait pas été renouvelée en mars.

Il a dit espérer obtenir très rapidement la réouverture de son journal.

Le Soudan du Sud est à la 139e sur 180 de l'index sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF).

Selon RSF, des années de guerre civile ont affaibli les médias dans le pays et l'autocensure est très développée à la suite des pressions des autorités sur la presse. De 2014 à 2017, au moins dix journalistes ont été tués au Soudan du Sud.

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

journaliste

AFP

Zimbabwe: un journaliste lanceur d'alerte reste en prison

Zimbabwe: un journaliste lanceur d'alerte reste en prison

AFP

#FreeKhaled: RSF dévoile une bâche géante

#FreeKhaled: RSF dévoile une bâche géante

AFP

Algérie: les avocats du journaliste Khaled Drareni se pourvoient en cassation

Algérie: les avocats du journaliste Khaled Drareni se pourvoient en cassation

libération

AFP

Burundi: libération de quatre journalistes emprisonnés depuis un an

Burundi: libération de quatre journalistes emprisonnés depuis un an

AFP

Nigeria: libération de plusieurs dizaines d’écoliers après un nouveau rapt dans le nord-ouest

Nigeria: libération de plusieurs dizaines d’écoliers après un nouveau rapt dans le nord-ouest

AFP

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

Soudan

AFP

Soudan du Sud: 60% de la population risque une malnutrition aiguë

Soudan du Sud: 60% de la population risque une malnutrition aiguë

AFP

Bouffée d'espoir

Bouffée d'espoir

AFP

Les Etats-Unis retirent formellement le Soudan de leur liste noire

Les Etats-Unis retirent formellement le Soudan de leur liste noire