mis à jour le

Soudan du Sud: libération d'un journaliste détenu depuis la mi-juillet

Un journaliste sud-soudanais détenu depuis la mi-juillet par les services de sécurité de son pays a été libéré au cours du weekend, sans qu'aucune charge ait été retenue contre lui, a-t-il annoncé lundi à l'AFP.

"Je suis resté 39 jours à l'intérieur et aucune charge n'a été retenue contre moi (...) et c'est pourquoi ils ont décidé de me libérer", a déclaré Michael Christopher, rédacteur en chef du quotidien en arabe al-Watan.

M. Christopher était détenu sans explication par les services de sécurité depuis le 17 juillet.

Deux jours plus tôt, le journaliste et son épouse avaient été forcés à quitter un avion à destination de Nairobi, où il devait se rendre pour des raisons médicales. Son passeport avait été confisqué et il avait reçu l'ordre de se présenter au siège des services de sécurité.

Les États-Unis, des organisations internationales de défense des droits humains et des militants sud-soudanais avaient multiplié les appels en faveur de sa libération.

M. Christopher a assuré à l'AFP avoir été bien traité pendant sa détention et avoir été essentiellement interrogé sur des propos qu'il avait tenus dans une interview avec Voice of America au sujet de la fermeture de son journal en mars et des menaces de mort qu'il avait alors reçues.

Les autorités s'étaient senties visées par ses déclarations. Mais le journaliste a certifié lundi que telle n'était pas son intention.

"Ceux qui m'ont appelé et menacé de mort, ce n'était pas l'autorité des médias, c'était des personnes privées et j'ai lancé des poursuites contre elles", a-t-il dit.

M. Christopher avait suscité la colère des autorités pour ses articles favorables au soulèvement populaire au Soudan, et la licence d'opération de son journal n'avait pas été renouvelée en mars.

Il a dit espérer obtenir très rapidement la réouverture de son journal.

Le Soudan du Sud est à la 139e sur 180 de l'index sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF).

Selon RSF, des années de guerre civile ont affaibli les médias dans le pays et l'autocensure est très développée à la suite des pressions des autorités sur la presse. De 2014 à 2017, au moins dix journalistes ont été tués au Soudan du Sud.

AFP

Ses derniers articles: Maroc: démission du patron des patrons après de propos sur l'Algérie  Des Algériens dans la rue contre une loi sur les hydrocarbures  Afrique du Sud: la police défile contre les violences faites aux femmes 

journaliste

AFP

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

AFP

Projection

Projection

AFP

"Avortement illégal" au Maroc: demande de libération d'une journaliste rejetée

"Avortement illégal" au Maroc: demande de libération d'une journaliste rejetée

libération

AFP

Présidentielle en Tunisie: fin de campagne débridée après la libération de Karoui

Présidentielle en Tunisie: fin de campagne débridée après la libération de Karoui

AFP

Tunisie: Karoui assure qu'il n'y a "aucun arrangement" pour sa libération

Tunisie: Karoui assure qu'il n'y a "aucun arrangement" pour sa libération

AFP

Présidentielle en Tunisie: libération imminente du candidat Karoui

Présidentielle en Tunisie: libération imminente du candidat Karoui

Soudan

AFP

Le Soudan du Sud renégocie un accord pétrolier avec Khartoum

Le Soudan du Sud renégocie un accord pétrolier avec Khartoum

AFP

George Clooney appelle

George Clooney appelle

AFP

La France plaide en faveur du retrait du Soudan de la liste noire américaine

La France plaide en faveur du retrait du Soudan de la liste noire américaine