mis à jour le

La RDC face au défi écrasant du coût de la gratuité scolaire

Les nouvelles autorités de la République démocratique du Congo se retrouvent face au défi écrasant du coût de la gratuité de l'école primaire publique, après l'avoir promise pour la rentrée du 2 septembre dans un pays où des millions d'enfants pauvres sont privés d'éducation.

"Le coût gobal de la gratuité pour l'année budgétaire 2020 est estimé à 4.225,346 milliards de francs congolais (2,64 milliards de dollars)", indique le rapport des experts qui ont bouclé samedi à Kinshasa une deuxième "table ronde sur la gratuité dans l'enseignement de base".

A elle seule, cette somme représente plus de 40% du budget de l'Etat pour l'année en cours, chiffré à un peu moins de six milliards de dollars pour 80 millions d'habitants. Ce budget 2019 ne prévoit pas de financer la gratuité de l'enseignement primaire public pour les quatre derniers mois de l'année. 

Le rapport suggère une mise en oeuvre "de manière progressive" de la gratuité des frais scolaires dans le primaire.

Mais à dix jours de la rentrée, les autorités congolaises veulent vite matérialiser une mesure prévue par la Constitution, et reprise par le nouveau président de la République Félix Tshisekedi lors de son discours d'investiture le 24 janvier.

"Cette gratuité commence avec l'année scolaire 2019-2020. Je vous le confirme, c'est la volonté du président de la République et cela va se faire. Toutes les dispositions sont prises", a dit à l'AFP le ministre par intérim de l'Enseignement primaire, Emery Okundji.

Pour le financement, le rapport suggère "l'instauration d'une taxe sur les ressources naturelles" en RDC, producteur de cobalt, de cuivre, de coltan...

"Il y a des pistes des solutions que nous allons exploiter", a dit le ministre par intérim (dont nul ne sait s'il figurera dans le gouvernement que le nouveau président Tshisekedi prépare depuis sept mois).

Sur le terrain, les parents sont partagés entre l'espoir et la prudence. En août 2016, la première "table ronde" sur la gratuité de l'enseignement primaire dans les écoles publiques n'avait rien donné.

A Kinshasa, les parents ont reçu pendant les vacances scolaires une demande d'acompte allant de 100.000 à 150.000 francs congolais (62,5 à 90 dollars) pour inscrire leur enfant à l'école primaire du quartier résidentiel de la Gombe, a constaté l'AFP. 

Le montant total des frais scolaires demandés s'élève à 220.000 fc (137,5 dollars).

Les experts de la table-ronde demandent aux gestionnaires des écoles publiques de "rembourser immédiatement les frais d'acompte et autres frais perçus auprès des élèves dans les établissements publics d'enseignements concernés par la gratuité".

- 'Je doute fort' -

"Je ne veux pas être pessimiste, mais je doute fort pour cette année", assure Patrick Matebeka, grand frère de deux s½urs inscrites à l'école primaire EP1 Gombe, interrogé sur la gratuité de l'enseignement primaire dans le public.

"Si la décision n'est pas respecté, cela me fait mal", poursuit Matthieu Zola, père de quatre enfants dont un inscrit à l'EP1 Gombe. "On me paye 150 dollars: comment je peux faire étudier les enfants?".

Les parents doivent aussi payer les fournitures scolaires. Dans son discours d'investiture du 24 janvier, le président avait dénoncé le fait que les parents d'élèves doivent "payer le salaire des enseignants".

La RDC "reste l'un des pays avec le plus grand nombre d'enfants non scolarisés", notait en mai le Partenariat mondial de l'éducation (PME).

"On estime que 3,5 millions, soit 26,7 % des enfants en âge de fréquenter le primaire, ne sont pas scolarisés", ajoute cette structure d'aide à l'éducation dans les pays pauvres.

La RDC a tout de même progressé, avec 70% d'élèves achevant le primaire en 2014 contre 29% en 2002, d'après le PME.

Malgré ses richesses minières, le PIB de la RDC ne dépasse par 40 milliards de dollars, soit le huitième PIB/an/habitant le plus faible au monde (moins de 500 dollars).

AFP

Ses derniers articles: Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants  RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France  RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile 

coût

AFP

Gabon: des intellectuels dénoncent le coût des recours éléctoraux

Gabon: des intellectuels dénoncent le coût des recours éléctoraux

Santé

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

AFP

Foot: au Gabon, le coût de la CAN ravive les polémiques politiques

Foot: au Gabon, le coût de la CAN ravive les polémiques politiques

défi

AFP

L'Afrique, un défi de taille pour la Banque mondiale et le FMI

L'Afrique, un défi de taille pour la Banque mondiale et le FMI

AFP

Devenir rentable, le prochain défi de Jumia, "l'Amazon africain"

Devenir rentable, le prochain défi de Jumia, "l'Amazon africain"

AFP

CAN-2019: les Egyptiens relèvent le défi de l'organisation

CAN-2019: les Egyptiens relèvent le défi de l'organisation

RDC

AFP

Le président de la RDC en Belgique pour sa 1ère visite officielle en Europe

Le président de la RDC en Belgique pour sa 1ère visite officielle en Europe

AFP

Guterres remet la RDC en haut de l'agenda diplomatique de l'ONU

Guterres remet la RDC en haut de l'agenda diplomatique de l'ONU

AFP

Ebola et la sécurité

Ebola et la sécurité