mis à jour le

Zimbabwe: une troisième marche de l'opposition interdite

Une nouvelle marche organisée mardi pour protester contre la détérioration de la situation économique au Zimbabwe, prévue dans Gweru, troisième ville du pays située dans le centre, a été interdite par la police, a annoncé le principal parti d'opposition.

Il s'agit de la troisième marche d'opposition interdite en moins d'une semaine après celles de Harare et Bulawayo. A chaque fois, la police est déployée pour empêcher les manifestants de défiler dans les rues et d'atteindre les points de rassemblement.

Dans un communiqué, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), estime que ces interdictions représentent de facto la mise en place "d'un Etat d'urgence".

Ces manifestations devaient être les premières depuis celles de janvier contre la hausse des carburants, violemment réprimées par les forces de l'ordre.

Le président Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe, aux commandes du pays pendant trente-sept ans, s'est engagé à relancer l'économie, jusqu'à présent en vain.

Le Zimbabwe est confronté à des pénuries régulières de denrées de première nécessité, comme la farine, le pain, l'huile, mais aussi les carburants. Les Zimbabwéens sont aussi soumis à de très longues coupures d'électricité.

AFP

Ses derniers articles: En Afrique, les bavures des forces de l'ordre au nom de la lutte contre le coronavirus  Tunisie: des centaines de précaires manifestent contre le confinement  La mégapole de Lagos entre en confinement, les mesures se durcissent partout en Afrique 

marche

AFP

Burkina: "Ils roulaient dans le marché et ils tiraient" sur la foule

Burkina: "Ils roulaient dans le marché et ils tiraient" sur la foule

AFP

Algérie: 48e marche hebdomadaire d'un "Hirak" en quête d'un nouveau souffle

Algérie: 48e marche hebdomadaire d'un "Hirak" en quête d'un nouveau souffle

AFP

Le président ougandais marche dans la jungle sur les pas de son ex-guérilla

Le président ougandais marche dans la jungle sur les pas de son ex-guérilla