mis à jour le

Mozambique: la Renamo dénonce des violences contre des dizaines de ses membres

La Renamo, ancienne rébellion devenue le principal parti d'opposition au Mozambique, a dénoncé vendredi des attaques, notamment de la police, contre des dizaines de ses membres, quelques jours après la signature d'un traité de paix définitif avec le gouvernement.

"Malheureusement, contrairement à la volonté générale de paix, de réconciliation nationale, de tolérance pour ceux qui pensent différemment et de cohabitation politique pacifique, deux jours après l'accord signé à Maputo, des actes de violence ont été perpétrés par des membres du Frelimo et de la police, dans plusieurs régions du pays", a déclaré à la presse le porte-parole de la Renamo, José Manteiga.

"Ces violences avaient des motivations politiques (...) qui remettent en question le caractère effectif de l'accord de paix", a-t-il ajouté.

Peu après l'accession à l'indépendance en 1975 de cette ancienne colonie portugaise, la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) avait combattu le gouvernement dirigé par le Front de libération du Mozambique (Frelimo).

Selon le porte-parole, des membres du parti ont été passés à tabac, des maisons appartenant au parti ou à ses militants ont été brûlées, dans les provinces de Tete, Zambezia, Inhambane et Gaza, la plupart du temps lors d'attaques de nuit, depuis le 8 août.

Ces agressions, à deux semaines de l'ouverture de la campagne officielle pour les élections législatives du 15 octobre, pourraient menacer le traité de paix tant attendu signé le 6 août entre le président Filipe Nyusi et le chef de la Renamo, Ossufo Momade.

Le traité, baptisé Accord de paix et de réconciliation de Maputo, a mis un terme à un long processus de négociations initié par le leader historique de la Renamo, Afonso Dhlakama, décédé en mai 2018.

La guerre civile entre Frelimo et Renamo, qui a fait un million de morts, a pris fin en 1992.

La Renamo s'est alors transformée en parti politique après un accord de paix signé à Rome, qui a ouvert la voie à des élections multipartites en 1994. La Renamo les a perdues et est devenue le principal parti d'opposition.

En octobre 2013, elle a déclaré la fin de l'accord de paix, après un raid de l'armée. Les hostilités ont alors repris de 2013 à 2016.

Un cessez-le-feu a été déclaré en 2016, suivi de négociations de paix.

Fin juillet, l'ex-rébellion a entamé le désarmement de ses combattants. Quelque 5.200 membres de la Renamo doivent remettre leurs armes.

AFP

Ses derniers articles: Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants  RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France  RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile 

violences

AFP

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

AFP

Afrique du Sud: l'Etat sommé de venir en aide aux femmes victimes de violences

Afrique du Sud: l'Etat sommé de venir en aide aux femmes victimes de violences

AFP

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud