mis à jour le

Alassane Ouatara à Paris, le 26 juillet 2012.REUTERS/Charles Platiau
Alassane Ouatara à Paris, le 26 juillet 2012.REUTERS/Charles Platiau

Côte d'Ivoire: les raisons d'une dissolution surprise

Le président ivoirien a dissous le gouvernement le 14 novembre. Une décision surprenante qui cache un revirement des alliances politiques.

Mise à jour du 22 novembre 2012: Le président ivoirien Alassane Ouattara a nommé le 21 novembre Premier ministre Daniel Kablan Duncan, 69 ans, qui était son chef de la diplomatie et qui devra former un nouveau gouvernement, après la dissolution du précédent cabinet le 14 novembre pour cause de tensions dans sa coalition.

Membre du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) de l'ex-président Henri Konan Bédié, M. Duncan, qui fut déjà Premier ministre de 1993 à 1999 sous la présidence Bédié, a été nommé chef du gouvernement, a annoncé la présidence.

****

Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattarra (ADO), a dissous, le 14 novembre, le gouvernement que dirigeait depuis le 13 mars le Premier Ministre, Jeannot Kouadio Ahoussou.

Ce dernier occupait également le poste de ministre de la Justice et est membre du Parti démocratique de Côte d`Ivoire (PDCI), un des grands alliés du parti d’ADO, le Rassemblement des Républicains (RDR).

Une dissolution surprenante sur fond de tensions politiques

Cette dissolution, pour le moins surprenante, a pris de court bien des analystes de la scène politique ivoirienne, voire certains ministres du gouvernement qui l’auraient apprise lors de la séance du conseil des ministres.

Ce faisant, cette dissolution surprise appelle bien des questions. Elle est d’autant plus intrigante qu’aucune date n’a été annoncée pour la formation du nouveau gouvernement, comme si la décision avait été prise sur un coup de tête. Si tel est le cas, il y a donc de quoi s’inquiéter. Car, Ouattara a donc un problème avec son équipe.

Un mystère entoure donc pour le moment le dossier, en attendant que les langues se délient. Mais il n’est pas exclu que les tensions qui avaient cours au sein du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition qui a porté ADO au pouvoir, aient atteint un tel point qu’il fallait nécessairement redistribuer les cartes.

Parmi les symptômes de cette dissolution, on pourrait mettre en bonne place la défiance de deux partis membres du RHDP (l’Union pour le démocratie et la paix en Côte d’Ivoire et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire dont est issu le Premier ministre) qui ont voté contre une loi soumise par le gouvernement.

ADO a donc vu rouge et a dû s’interroger sur la fidélité de ses alliés, d’autant plus que le projet de loi en question a été soumis par un ministre PDCI.

Ouattara va-t-il bouleverser ses alliances?

C’est la première grosse secousse politique au sein du pouvoir. Les Ivoiriens, eux, attendaient autre chose que les querelles politiques.

Il est de notoriété publique également que le Mouvement des forces de l’avenir (MFA) souhaitait plus de place au sein du gouvernement. La composition très attendue du nouveau gouvernement permettra de mesurer l’ampleur de la crise.

Alassane Ouattara et son Premier ministre occupent respectivement les postes sensibles de la Défense et de la Justice. Ils pourraient également faire leur propre bilan de ce cumul de postes tant l’armée a du mal à éradiquer les poches d’insécurité et la Justice à faire l’unanimité sur son action.

Les conditions de sa prise de pouvoir, on le sait, ont mis le président dos au mur. Parangon de la bonne gouvernance, ADO avait pour mission de réconcilier les Ivoiriens divisés par une dizaine d’années de crise et de remettre sur les rails un pays détruit et mis à genoux par la guerre.

Pragmatique, l’homme veut des résultats et rapidement. Des chantiers de la reconstruction sont lancés à coups de milliards avec le soutien et le retour des partenaires techniques et financiers.

Sur ce terrain, les choses semblent bouger positivement contrairement au chantier de la réconciliation plombé par l’insécurité et les assauts répétés d’assaillants qualifiés de pro-Gbagbo, et que les autorités ont du mal à maîtriser. Sur ce second chantier, le défi reste entier.

Un remaniement du gouvernement suffira-t-il à relancer la machine de la réconciliation en panne? On attend de voir.

Abdoulaye Tao (Le Pays)

 

A lire aussi

Côte d'Ivoire: Ouattara ne doit pas céder à la provocation

Côte d'Ivoire: pourquoi Ouattara n’y arrive pas

Tribune: Non, Ouattara n'est pas en train d'échouer

En Côte d'Ivoire, la paix passe par la chanson

Cette justice qui ne réconcilie pas les Ivoiriens

Tribune: La réconciliation ivoirienne, impossible avec Gbagbo à la CPI

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

ADO

Oumar DIARRA

Sénégal / Basketball: Le Dtn Ado Sano démissionne suite

Sénégal / Basketball: Le Dtn Ado Sano démissionne suite

Le Democrate

Un émissaire du Président camerounais reçu par  Ado (Le Democrate)

Un émissaire du Président camerounais reçu par Ado (Le Democrate)

L’Hebdo Ivoirien

Offensives diplomatiques - Ado au Qatar (L’Hebdo Ivoirien)

Offensives diplomatiques - Ado au Qatar (L’Hebdo Ivoirien)

Alassane

Lefaso.net

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (2/2)

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (2/2)

Lefaso.net

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (1/2)

Alassane D. Ouattara deux ans après : détermination économique et flexibilité politique (1/2)

La Rédaction

Visite du Premier ministre en Côte d’Ivoire : RECONNAISSANCE DU PEUPLE MALIEN A LA CEDEAO ET A ALASSANE OUATTARA

Visite du Premier ministre en Côte d’Ivoire : RECONNAISSANCE DU PEUPLE MALIEN A LA CEDEAO ET A ALASSANE OUATTARA

dissolution

AFP

Libye: le groupe jihadiste Ansar Asharia annonce sa dissolution

Libye: le groupe jihadiste Ansar Asharia annonce sa dissolution

AFP

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Nairobi annonce le dissolution du Comité national olympique

Rodolph TOMEGAH

Tunisie: une dissolution de la Fédération de football en vue ?

Tunisie: une dissolution de la Fédération de football en vue ?