mis à jour le

Réunion de la Cédéao à Abuja, Nigeria, le 11 novembre 2012.REUTERS/Afolabi Sotunde
Réunion de la Cédéao à Abuja, Nigeria, le 11 novembre 2012.REUTERS/Afolabi Sotunde

Au Mali, le temps des réunions a assez duré

Alors qu'une intervention militaire se profile, les réunions se multiplient mais ne débouchent pas sur une solution pour une sortie de crise.

Mise à jour du 19 novembre 2012: Les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) tiraient des coups de feu en l'air le 18 novembre à Gao (nord-est du Mali) après les violents combats de vendredi contre des rebelles touaregs du MLNA qu'ils disent avoir vaincus, a-t-on appris de sources concordantes.

"Ils tirent (des coups de feu) en l'air et disent Allah Akbar, Allah Akbar (Dieu est grand en arabe), nous avons gagné", a rapporté à l'AFP un habitant de Gao, ville et région éponyme contrôlées depuis juin par le Mujao qui en a chassé les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

****

A quand l’éclaircie au Nord-Mali ? En effet, depuis plus de trois mois, il est de plus en plus question d’une intervention militaire pour chasser les djihadistes qui y sèment la terreur et la désolation.

Pourtant, aucune action concrète, en dehors de la «réunionite» aiguë, ne laisse présager un déploiement imminent de forces dans les jours à venir. Car, jusque-là, il n’y a aucun agenda.

Le dialogue a peut-être trop duré

Et, pendant ce temps, ils sont nombreux les habitants qui, à longueur de journée et de nuit, sont suppliciés par des individus qui se croient l’alpha et l’oméga de tout. On flagelle les uns et ampute les membres aux autres.

Et, alors qu’on croyait que les choses devraient s’accélérer, à l’issue du récent sommet tenu à Abuja, au Nigeria, et qui a entériné l’envoi d’une force militaire au Nord-Mali, il s’en trouve des voix pour s’y opposer, prétextant qu’une telle option mettrait toute la sous-région dans une insécurité totale.

L’Algérie et la Mauritanie sur qui comptaient bien des pro-interventionnistes pour la réussite des opérations, souhaitent que soit privilégié le dialogue, au risque, disent-elles, de provoquer une déflagration générale.

Quel saupoudrage, si l’on sait que la bande sahélo-saharienne, depuis l’avènement d’al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), n’a jamais été aussi instable. Si ce n’était que les appréhensions du mouvement Ansar Dine qui voit dans l’intervention une remise en cause du dialogue amorcé avec le médiateur Blaise Compaoré, on s’en serait moqué.

A quoi joue le MNLA?

Mais contre toute attente, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) qui, rappelons-le, a été battu jusque dans ses derniers retranchements par les djihadistes, dit condamner aussi l’envoi d’une force étrangère sur le «territoire de l’Azawad».

Une position qui en dit long sur les intentions de ce mouvement. Il donne l’impression d’être resté droit dans ses bottes. Il est dans sa logique de sécession. Et rien qu’à travers l’emploi à dessein du terme Azawad, on peut s’en convaincre.

C’est à se demander d’ailleurs si ce mouvement dont la communauté internationale a voulu faire un allié, ne continue pas de flirter avec certains groupes islamistes. En tout cas, le dialogue, pour autant qu’il y ait des gages, est la meilleure option pour une sortie de crise au Nord-Mali. Puisque, la guerre, comme le disait Denis Diderot, même avec ses victoires les plus éclatantes, constitue toujours une plaie saignante qu’il faut panser.

Il appartient donc aux anti-interventionnistes, avec le médiateur en tête, de tout mettre en œuvre pour arracher des acquis importants à même de convaincre l’opinion de la nécessité de dialoguer.

Dans le cas contraire, s’opposer à une option militaire ne serait ni plus ni moins que du cynisme d’autant que cela contribuera à prolonger la souffrance des habitants du Nord-Mali.

Boundi Ouoba (Le Pays)

 

A lire aussi

Ces jeunes Français qui épousent le djihad

L'impossible réconciliation du Mali

Ansar Dine veut devenir fréquentable

Les Touaregs sont les boucs émissaires de la crise malienne

Nord-Mali: ces populations qui disent non aux islamistes

Mali: quand l'armée tire à boulets rouges sur les civils touaregs

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

Abuja

AFP

Abuja reconnaît son échec dans les négociations pour ramener "les filles de Chibok"

Abuja reconnaît son échec dans les négociations pour ramener "les filles de Chibok"

AFP

Hollande arrivé

Hollande arrivé

AFP

Nigeria: la tension monte entre Abuja et les indépendantistes biafrais

Nigeria: la tension monte entre Abuja et les indépendantistes biafrais

agenda

AFP

Algérie: agenda électoral bousculé avec l'hospitalisation de Bouteflika

Algérie: agenda électoral bousculé avec l'hospitalisation de Bouteflika

Nabil

« Agenda de la jeunesse » : Plaidoyer pour un allègement de l'imposition sur les entreprises de jeunes

« Agenda de la jeunesse » : Plaidoyer pour un allègement de l'imposition sur les entreprises de jeunes

satarbf

Wided Bouchamaoui appelle de Paris à fixer un agenda clair et précis des prochaines échéances politiques

Wided Bouchamaoui appelle de Paris à fixer un agenda clair et précis des prochaines échéances politiques

Ansar Dine

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Laissés-pour-compte

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Entêtement

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA