SlateAfrique

mis à jour le

Les expulsés marocains d'Algérie au menu de la diplomatie

Un nouvel épisode vient perturber la relation algéro-marocaine, qui n'est déjà pas au beau fixe.

La pomme de discorde: le dossier des dizaines de milliers de Marocains expulsés d’Algérie en 1975. Mais surtout le fait que les biens de ces Marocains auraient été spoliés par le régime algérien.

«Au drame de la déportation, s’est ajoutée en 2010, la décision injuste d’annexer les biens immobiliers de ces Marocains au domaine public de l’Etat algérien», rapporte le site marocain Yabiladi.

Cette question devient une priorité nationale pour la diplomatie marocaine, rapporte le 13 novembre le quotidien marocain Le Matin.

Youssef Amrani, ministre délégué marocain aux Affaires étrangères,  est d’ailleurs revenu sur ce sujet épineux devant la chambre des représentants:

«Le Maroc ne cesse de déployer des efforts pour leur trouver les solutions adéquates, à travers l'incitation de la partie algérienne à ouvrir un dialogue sérieux et responsable à ce sujet.»

Et d’ajouter:

«Le Maroc ne ménagera aucun effort pour défendre ses ressortissants expulsés d'Algérie pour leur permettre de récupérer leurs biens et recouvrer leurs droits dont ils sont privés depuis plus de 35 ans.»

Depuis 1975, ce dossier subi les aléas des relations entre Rabat et Alger. Il devient prioritaire lors des phases de tensions et mis en sourdine quand la perspective d’une éventuelle normalisation s’approche, souligne Yabiladi. 

Lu sur Le Matin et Yabiladi

 

A lire aussi

Tribune: Algérie-Maroc, une identité tatouée, malgré les frontières

Maroc-Algérie: des armées budgétivores

Maroc-Algérie: la guerre médiatique repousse l’ouverture des frontières