mis à jour le

Tanzanie: le bilan de l'explosion d'un camion-citerne monte

Le bilan de l'explosion d'un camion-citerne en Tanzanie est monté à 75 morts, après la mort de quatre personnes des suites de leurs blessures, a annoncé lundi le porte-parole d'un hôpital.

"Nous déplorons quatre nouveaux décès. Les corps sont entreposés à la morgue, dans l'attente d'une identification par les familles", a expliqué Aminiel Aligaesha, porte-parole de l'hôpital national de Dar es Salaam.

La plupart des victimes de l'accident de samedi ont été inhumées dans le recueillement dimanche, autorités politiques et religieuses appelant à tirer les leçons de la tragédie qui a endeuillé le pays.

Devant l'ampleur de la catastrophe, le président John Magufuli avait décrété un deuil national jusque lundi inclus.

Les faits se sont déroulés sur la commune de Msamvu, dans l'immédiate périphérie de Morogoro, un ville située à quelque 200 km à l'ouest de la capitale économique Dar es Salaam, sur l'un des principaux axes routiers du pays.

Les victimes sont des conducteurs de moto-taxis et des badauds venus siphonner le carburant qui s'écoulait d'un poids-lourd accidenté alors qu'il tentait d'éviter une moto, selon des témoins.

Un homme qui tentait d'arracher la batterie est à l'origine de l'embrasement du carburant répandu au sol, selon le gouverneur de Morogoro et un témoin.

Ce type de tragédie n'est pas rare sur le continent africain. Début juillet, dans le centre du Nigeria, au moins 45 personnes étaient mortes et plus de 100 blessées lors du pillage par la population d'un camion-citerne accidenté qui avait explosé.

La citerne avait pris feu lorsqu'un autocar chargé de passagers avait tenté de passer: son pot d'échappement, en raclant le sol, avait provoqué des étincelles qui avaient enflammé le carburant.

Le Premier ministre Kassim Majaliwa avait indiqué dimanche que 43 des 59 personnes soignées après l'explosion avaient été transférées à Dar es Salaam, les autres restant hospitalisées à Morogoro. 

Il avait par ailleurs annoncé la mise en place d'une commission d'enquête pour établir si une ou des institutions avaient manqué à leurs responsabilités dans la gestion de cette catastrophe.

Le président John Magufuli s'était dit samedi "très choqué que les gens se ruent sur des véhicules accidentés pour piller leur cargaison". "Arrêtons cette habitude, je vous en prie", a-t-il demandé.

AFP

Ses derniers articles: Cinq volontaires antijihadistes tués au Burkina dans l'attente des résultats des élections  Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils  Algérie: peine de prison fortement réduite pour un militant accusé d'"offense 

bilan

AFP

Guinée: le bilan officiel des violences s'alourdit, la médiation piétine

Guinée: le bilan officiel des violences s'alourdit, la médiation piétine

AFP

Croissance record mais pauvreté persistante: bilan nuancé pour les 10 ans de présidence Ouattara

Croissance record mais pauvreté persistante: bilan nuancé pour les 10 ans de présidence Ouattara

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: 11 morts

Présidentielle en Côte d'Ivoire: 11 morts

morts

AFP

Ouganda: démarrage meurtrier de la campagne présidentielle, 37 morts

Ouganda: démarrage meurtrier de la campagne présidentielle, 37 morts

AFP

Ouganda: sept morts et une situation tendue après l'arrestation de Bobi Wine

Ouganda: sept morts et une situation tendue après l'arrestation de Bobi Wine

AFP

Ouganda: trois morts dans des heurts après une nouvelle arrestation de Bobi Wine

Ouganda: trois morts dans des heurts après une nouvelle arrestation de Bobi Wine