SlateAfrique

mis à jour le

Téléphoner devient plus important que manger

Le téléphone portable est devenu vital au Kenya. A tel point que les Kényans préfèrent sauter un repas ou marcher pour ne pas avoir à débourser de l'argent pour leur nourriture ou leur transport, rapporte le magazine hebdomadaire britannique The Economist, en se basant sur le travail de chercheurs.

Il s’agit d’une économie importante pour les ouvriers kényans qui vivent avec un dollar et des poussières par jour.

Cette économie «leur permet de mettre du crédit sur leur téléphone mobile pour envoyer un message ou passer un appel», souligne le site français Youphil.

Pourquoi s’imposer un tel sacrifice?

Les Kényans sautent leur repas car ils nourrissent l’espoir qu’un coup de fil ou un message leur permettront de mettre plus de nourriture sur la table, révèle The Economist.

Car au Kenya, on peut payer et  envoyer de l'argent par téléphone. Et le pays est un pionnier dans le mobile banking, entendez les opérations bancaires via téléphone portable, qui est en pleine expansion, depuis quelques années.

Le Kenya est d’ailleurs à la pointe des nouvelles technologies:

«Un système de transactions financières par mobile, M-Pesa, a étendu les services bancaires à environ 40% de la population adulte du Kenya. D’après certaines estimations, un tiers du PIB kényan circule via le M-Pesa», constatait le magazine américain The Atlantic en juillet dernier:

Ce que confirme le site d'information Génération nouvelle technologie:

«Le service de transfert d'argent par téléphone portable M-PESA de Safaricom au Kenya a atteint une envergure supérieure à tout autre service dans le monde. Il existe aujourd'hui plus de 80 opérations financières par mobile pour la population ne possédant pas de compte bancaire en Afrique, contre 36 en Asie, la deuxième région la plus populaire pour ces services.»

L'Afrique subsaharienne est le marché de la téléphonie mobile qui enregistre la plus forte croissance au monde, avec un rythme de croissance annuel prodigieux de 44 % depuis 2000.

«Le nombre de connexions mobiles a grimpé à 475 millions, contre seulement 12,3 millions de lignes fixes, représentant le ratio mobile/fixe le plus élevé au monde», rapporte Génération nouvelle technologie

Lu sur The Economist, Youphil et Génération nouvelle technologie

A lire aussi

Le Kenya champion du high-tech

Le décollage économique de l'Afrique est une réalité

Google investit l'Afrique