mis à jour le

Discours de Barack Obama à Arlington, en Virginie, 11 novembre 2012. Reuters/Jonathan Ernst
Discours de Barack Obama à Arlington, en Virginie, 11 novembre 2012. Reuters/Jonathan Ernst

Obama a déjà changé l'Amérique

La réélection du premier président africain-américain de l'histoire des Etats-Unis est lourde de sens.

S’il y a un événement qui est suivi de très près dans le monde entier, qui retient l’attention des citoyens de tous les pays, et qui relègue toute l’actualité mondiale au second plan, c’est bien l’élection présidentielle américaine.

Après des mois de campagne intense entre le démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney, campagne qui a battu tous les records de dépenses financières (plus de 6 milliards de dollars utilisés par les deux camps), les Américains ont livré leur verdict le mardi 6 novembre 2012.

Elu en 2008 et devenant par la même occasion le premier américain d’origine africaine à accéder à la Maison Blanche, Barack Obama a réussi à se faire réélire, malgré les dernières prévisions et les ultimes sondages qui pronostiquaient un coude à coude très serré, voir une possible élection de Romney. C’est donc fait, Barack Obama restera encore à la Maison Blanche pour quatre ans.

Mais cette élection si médiatisée, si suivie et aussi importante pour le monde entier mérite d’être décortiquée, analysée et étudiée de près car elle renferme mille et une choses. Quels enseignements peut-on donc tirer de cette victoire d’Obama? Quelle lecture et quel regard pouvons-nous avoir en analysant minutieusement la carte électorale des Etats-Unis et les résultats dans les différentes couches sociales du pays?

Les Américains changent

La première lecture que nous devons faire de cette élection d’Obama est sans aucun doute la profonde métamorphose de la société américaine. Considérée pendant longtemps comme pays de blancs (d’origine européenne à dominante anglo-saxonne et protestante), l’Amérique confirme qu’elle est bien un espace où de profondes mutations sont entrain de s’opérer.

Terre amérindienne pendant plusieurs milliers d’années (Amérique précolombienne), puis dominée par les Européens à partir du XVIe  siècle, les Etats-Unis sont devenus un autre pays: une nation mondiale.

En effet la majorité des citoyens des Etats-Unis pensent aujourd’hui qu’être Américain(e) est tout simplement une résultante. L’Américain(e) d’aujourd’hui est originaire des quatre coins du monde et a intégré en lui la culture, les valeurs et l’amour de ce pays.

Ceux qui étaient traditionnellement considérés comme des minorités ou des citoyens de second rang sont désormais les faiseurs de rois. Je veux parler des minorités hispaniques, très courtisées durant ces élections, des Africains-Américains, mais aussi des femmes qui représentent désormais plus de 53% de la population américaine aujourd’hui.

En donnant majoritairement leur voix à Barack Obama, les citoyennes américaines confirment une remarque partagée par de nombreux analystes et intellectuels: les femmes seraient plus flexibles que les hommes sur les questions d’évolution des sociétés. Elles ont moins de réticence que les hommes à aller vers l’autre, à accepter l’«étranger» quelque soit sa culture, son pays d’origine ou la couleur de sa peau.

La paix maintenant

Les hommes sont surtout connus pour être des défenseurs des cultures, des valeurs et donc sont plus conservateurs et par conséquent en retard que leurs collègues féminines sur les questions liées aux sociétés.

Cette victoire, Obama la doit aussi et surtout à l’électorat féminin des Etats-Unis. Il la doit également à la minorité gay très offensive et qui accuse les Républicains de l’ignorer en refusant de la considérer comme des citoyens à part entière. Sur ce plan, Obama a bien joué sa carte en reconnaissant à cette communauté ses droits.

Le troisième enseignement que l’on peut tirer de cette élection est que les Américains ont choisi la paix, un monde pacifique. Sur ce point, ils sont comme les citoyens des autres pays, car à l’exception d’Israël dont le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, a soutenu ouvertement Mitt Romey, le monde entier, du Népal au Brésil en passant par l’Angola a préféré le candidat démocrate.

La popularité d’Obama et des démocrates dans le monde entier est à mon avis très significative, car cela signifie que le reste du monde souhaite un président de paix aux Etats-Unis.

Les Américains ont donc en majorité voté pour cette paix contre le discours va t’en guerre des républicains. Ce résultat montre donc que les Américains sont sensibles aux événements qui ont secoué le monde en 2011 et 2012 (printemps arabe avec ses milliers de morts, guerre en Syrie, etc.).

En réélisant Obama, ils disent aussi qu’ils ne sont pas pour une éventuelle guerre contre l’Iran qui pourrait faire basculer le monde entier vers une tragédie dont personne ne peut mesurer les conséquences.

Obama ne renonce jamais

La réélection d’Obama nous enseigne aussi que le lobby juif des Etats-Unis traditionnellement pro-républicain est entrain de s’effriter voire de se réorienter vers les démocrates. On notera sur ce point qu’Obama a réussi là où plusieurs présidents démocrates ont échoué, c’est-à-dire obtenir de la sympathie chez certains juifs d’Amérique.

Enfin le dernier point que l’on retient de cette victoire d’Obama, est que ce dernier est un véritable combattant, un politique efficace et aguerri qui ne lâche rien. En effet Obama a été très dynamique durant toute sa campagne.

Il a su relever la tête même quand il était coincé par son adversaire lors du premier débat télévisé. Obama a montré un nouveau visage durant les deux derniers débats, ce qui lui a permis de convaincre plusieurs électeurs indécis et de remonter la pente.

Obama n’a pas hésité le jour des élections à se rendre dans un centre d’appel pour féliciter son équipe et prendre lui-même le téléphone pour convaincre les électeurs. Cette image est pour moi la plus forte, la plus marquante de toute la campagne.

Faire de la politique c’est apprendre à connaître ses citoyens, les écouter, aller vers eux, avoir une stratégie bien définie et ciblée un public déterminé. Ceci Obama l’a compris, voilà pourquoi il a réussi à gagner malgré un bilan mitigé sur le plan économique.

Bon vent Monsieur le président. 

Amadou Ba

 

A lire aussi

Les Etats-Unis réactualisent le rêve de Martin Luther King

Comment le camp d'Obama a fêté la victoire

Ce à quoi va ressembler le second mandat d'Obama

Barack Obama n'est pas ton ami

La mère de Barack Obama, descendante d'esclave noir

Les Africains-Américains gardent leur héros

Amadou BA

Professeur d'histoire à l'Université Laurentienne Sudbury en Ontario, Canada.

Ses derniers articles: Obama a changé l'Amérique 

Africains-Américains

Diasporas

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

Les mille et une façons d'être noir aux Etats-Unis

Stéréotypes

Tous les noirs ne sont pas chrétiens

Tous les noirs ne sont pas chrétiens

Blackness

La blackness, un truc cool et bankable

La blackness, un truc cool et bankable

Barack Obama

Election présidentielle américaine

Trump a invité le demi-frère kenyan d'Obama au dernier débat présidentiel

Trump a invité le demi-frère kenyan d'Obama au dernier débat présidentiel

Etats-Unis

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Dans la primaire républicaine, Ben Carson joue de ses origines africaines

Au bout du fil

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

Quand Jacob Zuma ne raccroche pas son téléphone pour saluer Barack Obama

blancs

AFP

Afrique du Sud: des Blancs manifestent contre les attaques de fermes

Afrique du Sud: des Blancs manifestent contre les attaques de fermes

AFP

Afrique du Sud: peine exemplaire pour deux Blancs qui ont mis un Noir dans un cercueil

Afrique du Sud: peine exemplaire pour deux Blancs qui ont mis un Noir dans un cercueil

AFP

Afrique du Sud: prison pour deux fermiers blancs coupables d'avoir enfermé un Noir dans un cercueil

Afrique du Sud: prison pour deux fermiers blancs coupables d'avoir enfermé un Noir dans un cercueil