mis à jour le

Congo: un fils Sassou accusé par une ONG de détournement de 50 milions de dollars

L'ONG britannique Global Witness a, dans un rapport rendu public mardi, accusé le fils cadet du président congolais, Denis Christel Sassou Nguesso, d'avoir détourné à son profit plus de 50 millions de dollars (30 milliards de francs CFA) des fonds publics en 2014.

"Au total, en 2014, les entreprises détenues par Denis Christel Sassou-Nguesso ont reçu près de 50,5 millions de dollars qui auraient été détournés des comptes du Trésor congolais", écrit l'ONG britannique spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles.

"Selon des documents étudiés par Global Witness, le véritable propriétaire du réseau chypriote d'entreprises qui a reçu les 50 millions de dollars du Trésor congolais était Denis Christel Sassou-Nguesso", affirme le rapport.

Les fonds détournés par Denis Christel, 44 ans, auraient servi à mettre en place "une structure d'entreprise complexe et opaque dans plusieurs pays", indique le document.

"Six pays européens différents, les Îles Vierges Britanniques et l'État américain du Delaware ont été impliqués dans ce qui s'avère être une man½uvre de blanchiment d'argent", ajoute le rapport de Global Witness.

"Ces faits ont été découverts. Ils cachent ces choses très bien", a réagi Mariana Abreu de Global Witness pour expliquer le temps pris pour la publication de ce rapport presque cinq années après. 

Député d'Oyo (nord), fief de son père Denis Sassou Nguesso qui cumule 35 ans à la tête du Congo, Denis Christel Sassou Nguesso a été jusqu'en 2016 la deuxième personnalité de la puissante Société nationale des pétroles du Congo (SNPC).

Selon une enquête de Global Witness publiée en avril, sa s½ur Claudia Sassou Nguesso, 46 ans, députée et également responsable du Département de la communication à la présidence du Congo, aurait reçu près de 20 millions de dollars (12 milliards de FCFA) de fonds publics apparemment détournés et utilisés pour l'achat d'un appartement de luxe dans le Trump Hotel & Tower à New York.

L'homme d'affaires portugais José Veiga "se trouve au c½ur de l'apparente stratégie de blanchiment d'argent des Sassou-Nguesso", écrit l'ONG. "Ce célèbre homme d'affaires portugais est connu pour être un homme de main de la famille présidentielle congolaise pour ce qui concerne les entreprises", affirme-t-elle.

A Brazzaville un porte-parole du gouvernement contacté par l'AFP n'a pas souhaité commenter les révélations de Global Witness sur Denis Christel Sassou Nguesso.

Riche en pétrole, le Congo est régulièrement épinglé par des ONG à propos de détournements de fonds impliquant son président ou sa famille.

AFP

Ses derniers articles: Coronavirus: les polices du Maghreb mobilisées contre les escrocs de la pandémie  Omar el-Béchir, l'autocrate déchu  Le Soudan en quête de stabilité un an après la chute de Béchir 

détournement

AFP

Trois jeunes Africains inculpés

Trois jeunes Africains inculpés

AFP

Côte d'Ivoire: le maire élu du Plateau inculpé de détournement de fonds

Côte d'Ivoire: le maire élu du Plateau inculpé de détournement de fonds

AFP

Angola: Isabel dos Santos dément les accusations de détournement de fonds

Angola: Isabel dos Santos dément les accusations de détournement de fonds

dollars

AFP

Coronavirus: accord de principe du FMI sur une aide de 221 millions de dollars au Sénégal

Coronavirus: accord de principe du FMI sur une aide de 221 millions de dollars au Sénégal

AFP

La Cédéao adopte un plan d'action

La Cédéao adopte un plan d'action

AFP

Le FMI approuve une ligne de crédits de 2,9 milliards de dollars pour l'Ethiopie

Le FMI approuve une ligne de crédits de 2,9 milliards de dollars pour l'Ethiopie

ONG

AFP

Plusieurs ONG dénoncent l'incarcération d'un journaliste au Maroc

Plusieurs ONG dénoncent l'incarcération d'un journaliste au Maroc

AFP

Total au tribunal jeudi, assigné par six ONG pour ses activités en Ouganda

Total au tribunal jeudi, assigné par six ONG pour ses activités en Ouganda

AFP

Le Nigeria autorise la reprise des activités de deux ONG accusées d'"aider" Boko Haram

Le Nigeria autorise la reprise des activités de deux ONG accusées d'"aider" Boko Haram