SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Quand la criminalité sexuelle se propage via Facebook

Au Nigeria, une rencontre sur Facebook peut rapidement tourner au drame. C’est ce que révèle le site nigérian d’infomation Punch en relayant le cas d’un homme de 26 ans qui a tenté de violer sa petite amie et de la tuer en la jetant d'un bâtiment de plusieurs étages. Akabugu Nkiruka est une étudiante de linguistique à l'université de Lagos. Elle a déclaré qu’elle avait rencontré le jeune homme sur Facebook, à peine une semaine avant l'incident. La jeune étudiante est grièvement blessée, avec le bassin fracturé.

La jeune femme a refusé d’avoir des rapports sexuels, ce qui aurait déclenché la colère du jeune homme interpellé. Après avoir tenté de la violer, il l’a jeté dans le vide. Selon la police, le suspect, dont le nom est tenu secret pourrait être accusé de tentative de meurtre.

Le soir de l’incident, ils sont allés en boîte puis dans la maison familiale du jeune homme à Lagos, rapporte Punch.

La mère du jeune homme était à la maison lors des faits. Mais elle dit n’avoir rien entendu, s’étant endormie sous les coups de 22h.  Elle a toutefois affirmé que son fils n’avait pas jeté Akabugu Nkiruka par la fenêtre.

NAN (l’Agence de Presse du Nigeria) rappelle que sept jeunes hommes, y compris ceux qui ont violé puis tué au mois de juillet dernier la jeune Cynthia Osokogu, âgé de 24 ans sont actuellement en procès. Cette affaire a fait beaucoup de bruit et la victime avait rencontré ses bourreaux sur Facebook.

Lu sur Punch

A lire aussi

Tunisie: La fille de Rached Ghannouchi réagit sur le viol

Le voile, un symbole de 3.000 ans de machisme religieux

Egypte: Pourquoi les crimes des militaires sont impunis? (Chronologie interactive)