SlateAfrique

mis à jour le

90.000 euros de dommages et intérêts pour les faux-pirates somaliens

La justice paie mieux que la piraterie. 90.000 euros d'indemnisation, c'est la coquette somme que la justice française attribuera aux deux Somaliens acquittés, en juin 2012, dans l'affaire du Ponant, rapporte le site RFI

Abdulqader Guled Said et Abduraman Ali Samatar étaient effectivement accusés de piraterie dans la prise d'otages du Ponant en 2008. 

Cette somme leur est donc attribuée au titre du «préjudice moral» subi durant leurs quatre années de détention, ainsi que respectivement 3.000 et 5.000 euros pour leur «préjudice matériel», soit la somme qu'ils auraient pu gagner en Somalie s'ils n'avaient pas été emprisonnés, souligne le quotidien français Le Télégramme.

Pour rappel, Le Ponant, qui était un luxueux voilier, avait été arraisonné le 4 avril 2008 à l'entrée du Golfe d'Aden, et dérouté vers les côtes somaliennes.

Plusieurs dizaines d'hommes s'étaient relayés à bord pendant une semaine pour garder les 30 membres d'équipage.

Les otages avaient été libérés sains et saufs une semaine plus tard, contre une rançon de 2,15 millions de dollars versée par l'armateur.

Leurs avocats, qui demandaient 450.000 euros pour chacun des deux hommes, vont faire appel.

Raison invoquée:

«Ils ont passé quatre ans et deux mois en prison. Cela fait donc 59 euros par jour de détention», a protesté une de leurs avocates, Maître Rachel Lindon, rapporte Le Télégramme.  

Remis en liberté quelques heures après le verdict, les deux acquittés vivent actuellement dans un foyer pour demandeurs d'asile en Seine-Saint-Denis (région parisienne).


Lu sur RFI et Le Telegramme

 

A lire aussi

En Somalie, les pirates ont la côte

Les pirates prennent l'Afrique à l'abordage

Le Puntland, un Etat qui fait du bien à la Somalie