SlateAfrique

mis à jour le

La droite française à l'Algérie: paye d'abord tes dettes... à la sécu!

L’heure est venue d’honorer ses dettes, de s’excuser et de faire repentance. Du côté de la droite populaire française, il hors de question de se repentir, de rembourser, de s’excuser.

Le sénateur et ex-ministre de la Défense Gérard Longuet  l’a exprimé à sa manière en faisant un bras d’honneur en direct sur la chaîne Public Sénat.

A chaque semaine, sa petite phrase polémique. La dernière en date, celle de Thierry Mariani, l’un des chefs de file de la droite populaire, l’aile droite de l’UMP. Il a demandé le 7 novembre dans un communiqué que la dette de l’Algérie soit évoquée lors du prochain séjour du président François Hollande en Algérie, le 19 décembre prochain.

«Selon ce communiqué, l'Algérie devrait 20 millions d'euros à la seule Assistance publique des Hôpitaux de Paris, le Maroc plus de 10 millions d'euros, les pays du Golfe 10 millions et la Tunisie un million. La dette d'Alger à la Sécurité sociale s'élèverait en tout à 34 millions d'euros», rapporte RMC

«Quand on demande un effort à tous les Français, la moindre des choses, c’est peut être que nous exigions des Etats étrangers qui ont des dettes envers nous, et l’Algérie n’est pas la seule, tout simplement que ces dettes soient payées, estime le député UMP Thierry Mariani. 

Avant d’ajouter:

«Est-ce que l’Algérie a des dettes vis-à-vis des organismes sociaux français? Oui. Quand on a des dettes, doit-on les payer? Oui, qu’on soit Français, Suédois, Algérien ou Américain. Donc je pense que c’est un principe de bonne gestion, un principe entre partenaires qui se respectent. Ne jamais rien réclamer et continuer à ouvrir les vannes n’est pas un moyen de montrer qu’on respecte le partenaire.»

La réclamation de Thierry Mariani s’inscrit dans la ligne de la droite populaire qui a plusieurs fois exprimé son refus de toute indemnisation ou excuse de la France pour son passé colonial à l’Algérie.

Lu sur RMC

 

A lire aussi

Gérard Longuet a réinventé le FLN

France-Algérie: la guerre des bras d'honneur

Le  bras d'honneur de Gérard Longuet: "La France n'a pas à avoir honte"

L'Algérie voudrait qu'Hollande se mette à plat ventre

L'exilé algérien, un ouvrier traité comme «un bougnoule»