mis à jour le

Membres d'Ansar Dine entre Kidal et Gao (Nord-Mali), le 12 juin 2012. REUTERS/Stringer .
Membres d'Ansar Dine entre Kidal et Gao (Nord-Mali), le 12 juin 2012. REUTERS/Stringer .

Ansar Dine veut devenir fréquentable

Comment les islamistes maliens d'Ansar Dine tentent de redorer leur image auprès du Burkina Faso, par crainte d'une intervention militaire.

Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), se réuniront le 8 novembre à Abuja pour adopter un plan d'intervention militaire dans le nord du Mali occupé par des islamistes armés, a annoncé la Cédéao dans un communiqué reçu par l'AFP à Dakar.

Une fois adopté, le plan d'intervention "sera alors transmis par l'entremise de l'Union africaine, avant le 15 novembre, au Conseil de sécurité des Nations unies, qui, le 12 octobre, avait voté une résolution donnant à la Cédéao 45 jours pour préciser ses plans de reconquête du Nord-Mali", ajoute le texte.

****

 

Quelle est la crédibilité, aujourd’hui, d’un mouvement islamiste pur et dur comme Ansar Dine (les défenseurs de la foi) qui prétend vouloir négocier avec Blaise Compaoré, président du Faso, et médiateur de la  Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ? Pourquoi de tels échanges maintenant ? Que faut-il en attendre et surtout quelle posture adopteront les autorités et le Haut conseil islamique du Mali ?

Difficile de prendre au sérieux des groupes islamistes qui se refusaient à négocier, arguant des mois durant, qu’ils sont suffisamment armés pour tenir tête à l’ensemble des pays ouest-africains. Certes, le brusque changement de ton de la part de ceux qui tenaient des propos belliqueux et arrogants peut désorienter un moment. Mais, il a de quoi rendre perplexe.

Différentes raisons peuvent expliquer ces dernières prises de position. Les islamistes veulent négocier, parce que tout d’abord le contexte international a évolué, et le rapport des forces a beaucoup changé : le consensus en faveur de la guerre est désormais une réalité. Il y a moins d’hésitations et les états- majors sont quasiment prêts.

La coalition internationale, un instrument dissuasif

Les Maliens ne sont plus seuls face à l’ennemi. Outre les Africains, il y a aussi l’Europe, et surtout les Etats-Unis dont l’acharnement à combattre le terrorisme international se renforcera certainement après la présidentielle du 6 novembre.

Après avoir pris le temps de se préparer, les forces internationales coalisées sont aujourd’hui prêtes à bouter hors du territoire malien ceux qui prônent un islam moyenâgeux, et se prêtent au jeu des esclavagistes des temps modernes. Les groupes islamistes changent de langage et de position, parce que la détermination ne fait plus de doute du côté de ceux qui veulent d’un Mali totalement libéré, laïc, vivant au rythme de la démocratie républicaine et ouvert sur le reste de l’Afrique et du monde.

Les irrédentistes voulaient la guerre ? Ensuite, la rébellion veut négocier car elle est en danger. De plus en plus, la tentative de garder un si grand pan du territoire malien se heurte à une vive résistance de la part des populations du Nord-Mali.

L’échec est patent d’autant que le fondamentalisme religieux que prêche Ansar Dine est totalement différent de celui plus tolérant, humain, et peu porté vers l’argent tel qu’on le connaît et le pratique en Afrique noire. Partout, l’islamisme borné est assailli : au Nigéria, en Somalie, au Proche, au Moyen et en Extrême Orient.

Non seulement les bailleurs de fonds du terrorisme ne sont plus aussi sereins, mais encore les prises d’otages rapportent de moins en moins. Dans un contexte aussi difficile, comment ne pas profiter des dernières offres de négociation pour chercher à gagner du temps ? On pourrait, de ce fait, ralentir le déclenchement des opérations, le temps de se mettre à l’abri. Si le projet de la charia échoue, pourquoi se faire damer le pion par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA)? Il urge de se repositionner dans la sphère politique malienne en redéfinition.

Des négociations, mais à quoi bon?

Reste à savoir s’il n’est pas trop tard pour négocier. La patience a ses limites, dit-on. Comment croire en effet qu’ Ansar Dine et autres oseraient renoncer à la charia et se ranger du côté d’une république malienne laïque et indivisible ? Pourraient-ils divorcer d’avec le Mouvement pour l’Unicité du Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), et combattre ses forces ? A eux de confirmer que le divorce est consommé, d’accepter de déposer les armes et de se constituer prisonniers. Les choses iront plus vite, d’autant que la justice attend les intégristes.

En effet, négocier ne signifie point accepter l’impunité. Or, dans le placard de ceux qui disent vouloir négocier aujourd’hui, il y a trop de crimes contre l’humanité, trop de contentieux à examiner : les morts, les amputés, les humiliés, les femmes violentées et violées, les profanations. Pourra-t-on jamais les oublier ?

En tout cas, ils ne peuvent rester impunis. Les peuples d’Afrique veulent définitivement tourner la page à certaines manières d’agir. Chacun s’habitue désormais à devoir rendre compte de ses actes. Il ne faut donc point se laisser divertir. La nouvelle position d’Ansar Dine et autres ressemble donc plus à une tentative de diversion qu’à une réelle volonté de paix.

Par quelle opération de prestidigitation des intégristes du genre de ceux dont on a depuis quelques mois l’expérience, peuvent-ils se muer en démocrates ? Venir à la table de négociation suppose en effet que l’on a choisi de renoncer à ses ambitions, au profit du jeu de la démocratie républicaine. Or, rien n’est moins sûr. L’expérience des «aller-retour» dans les négociations entre gouvernants et rébellions touarègues au Sahel instruit. On ne peut prendre le risque de s’embourber dans des alliances sans lendemains.

C’est pourquoi, à leur endroit, le message doit demeurer clair, constant et ferme : on ne négocie pas avec n’importe qui, et surtout pas à n’importe quelles conditions. Si Ansar Dine et autres veulent négocier, qu’ils renoncent à la charia, déposent les armes, se rendent et se soumettent à la justice républicaine.

En dehors de ces conditions, point de négociations. Mais, vu les propos et les actes posés par ces individus, il y a de quoi être sceptique. En cela, les situations prévalant au Mali et au Nigeria ont un caractère pédagogique. Il faut en tirer des leçons. On peut douter de l’engagement d’Ansar Dine à se renier. Au Médiateur de faire attention. Il faut avoir pour souci d’effectuer une médiation uniquement tournée vers l’intérêt du Mali, et surtout rendre justice aux victimes.

Le Pays

 

A lire aussi

Iyad Ag Ghali, celui qui a planté le drapeau noir sur Tombouctou

Les Touaregs sont les boucs émissaires de la crise malienne

Nord-Mali: ces populations qui disent non aux islamistes

Mali: quand l'armée tire à boulets rouges sur les civils touaregs

Nord-Mali: les djihadistes se font tout petits

Cinq questions sur la guerre africaine de Hollande

 

 

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

laïque

Actualités

Egypte : le plan de transition rejeté par l'opposition laïque

Egypte : le plan de transition rejeté par l'opposition laïque

Actualités

Egypte : la coalition laïque et les islamistes rejettent la "déclaration constitutionnelle"

Egypte : la coalition laïque et les islamistes rejettent la "déclaration constitutionnelle"

Actualités

Egypte : la coalition laïque rejette le plan de transition

Egypte : la coalition laïque rejette le plan de transition

république

AFP

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

République tchèque: le Togolais Francis Koné a fait taire les supporteurs racistes

AFP

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

Burkina: début des travaux pour une nouvelle Constitution et une Ve République

AFP

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

République démocratique du Congo: l'ex-rébellion M23 demande un nouveau programme de démobilisation

Faso

AFP

Pédagogique, ironique, mordant: les moment-clés du débat entre Macron et les étudiants au Burkina Faso

Pédagogique, ironique, mordant: les moment-clés du débat entre Macron et les étudiants au Burkina Faso

AFP

Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest

Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest

AFP

Amical: le match Nigeria-Burkina Faso

Amical: le match Nigeria-Burkina Faso