SlateAfrique

mis à jour le

L'AFP veut développer le fact checking africain

Africa Check est la nouvelle ambition de la fondation AFP (Agence France presse). C’est un tout nouveau site de fact checking qui se développe en partenariat avec le département de journalisme de l’université de Witwatersrand, en Afrique du Sud et lancé ce mercredi 31 octobre.

 «Je crois profondément que Africa Check peut apporter une contribution importante au débat public en encourageant une culture de la précision qui pourra faire réfléchir par deux fois les personnalités qui prennent parfois trop des libertés avec les faits», ajoute Anton Harber, professeur de journalisme à l’université de Witwatersrand et ancien rédacteur en chef du South African Mail and Guardian et principal conseiller du projet.

Mais qu’est-ce que le fact checking? Un terme anglais désignant une pratique journalistique vieille comme la profession, qui consiste littéralement à «vérifier les faits», souvent en temps réel.

 «Le fact-checking est une tendance qui se développe dans les médias et plus largement dans la société civile, partout dans le monde. Mais à notre connaissance, c’est la première fois que ce type d’expérience est tenté ici en Afrique», explique Peter Cunliffe-Jones, directeur adjoint de la Fondation AFP, qui a conçu et supervise le projet.

Lu sur AFP et Africa Check

 

A lire aussi

Niger: la liberté de la presse a des limites

Presse: la liberté passe par le Net

Ethiopie: la liberté de la presse menacée

Algérie: la presse écrite se porte bien, merci!

Au Bénin, trop de presse tue la presse