SlateAfrique

mis à jour le

Quand l'Angola rachète le Portugal

Les rôles entre l'Angola et le Portugal se sont inversés. Le phénomène majeur au Portugal, est actuellement le rachat massif de toutes les industries portugaises en déconfiture par l’Angola, qui bénéficie de la manne pétrolière et diamantaire, analyse le site de l’hebdomadaire français Marianne

«Actuellement, on ne parle que du rachat par des Angolais de la majorité de la presse portugaise, dont des quotidiens sportifs, très nombreux dans ce pays fou de foot», toujours selon la même source.

Et l'embellie économique que connaît le pays n'est pas près de se tarir. Le ministère des Finances et la Banque centrale angolaise prévoient en effet un taux de croissance de 12% cette année, selon le site d'information Afrique 7.

L'Angola apparaît ainsi de plus en plus comme un partenaire indispensable pour le Portugal qui continue de subir de plein fouet une crise économique, financière et sociale, rapporte  encore Afrique7. 

Le pays de Dos Santos s’illustre dans les acquisitions des entreprises portugaises au bord de la faillite, sauvant ainsi des centaines d’emplois:

«Pour les analystes angolais, cette situation est loin de s’arrêter surtout que le deuxième producteur africain du pétrole connaît une croissance impressionnante cette année», peut-on toujours lire sur Afrique7. 

Toutefois, ces rachats n’ont aucune répercussion dans le quotidien des Angolais qui vivent toujours dans des conditions précaires:

«On pourrait y voir une revanche et un clin d’œil malicieux de l’Histoire, si les rachats étaient le fait du gouvernement angolais et du président José Eduardo Dos Santos, (...) mais ils sont le fait de la richissime famille du président angolais, notamment de sa fille, Isabel dos Santos, dont la  fortune s'élève à 170 millions de dollars et qui est considérée comme la femme la plus riche de l'Afrique subsaharienne», précise Marianne. 

Lu sur Marianne et Afrique7

 

A lire aussi

Angola-Portugal, la colonisation à l'envers

L'Angola, nouveau censeur des médias portugais

Dos Santos, le Machiavel de l'Afrique

L’Angola, modèle ou repoussoir pour l’Afrique?