mis à jour le

Soudan du Sud: Machar se dit prêt

Le chef de l'opposition sud-soudanaise, Riek Machar, s'est dit prêt à rencontrer le président Salva Kiir pour évoquer le processus de paix, qui évolue très lentement, mais demande au préalable de retrouver sa liberté de mouvement, selon une lettre consultée vendredi par l'AFP.

"Je veux vous assurer que je suis prêt à rencontrer (à Juba) le président pour discuter des difficultés rencontrées dans l'application" de l'accord de paix signé en septembre 2018, écrit M. Machar dans cette lettre, adressée au conseiller à la sécurité de M. Kiir.

M. Machar estime "qu'il est temps d'évaluer le processus" car aucun "progrès substantiel" n'a été enregistré depuis que l'opposition et le gouvernement sont convenus en mai de se donner six mois supplémentaires pour former un gouvernement d'union nationale. 

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé M. Machar, son ancien vice-président et membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380.000 morts selon une étude récente, et poussé plus de quatre millions de Sud-Soudanais, soit près d'un tiers de la population, à quitter leurs foyers.

L'accord de paix conclu en septembre 2018 a entraîné une forte décrue des combats, même s'ils n'ont pas complètement cessé. Cet accord prévoyait la formation d'un gouvernement transitoire d'union nationale au plus tard le 12 mai.

Mais la formation de ce gouvernement a été repoussée à novembre, un délai devant notamment permettre de procéder au cantonnement des combattants et à leur intégration dans une armée unifiée, un des points clés de l'accord de paix.

Pour rencontrer le chef de l'État, M. Machar, actuellement en résidence surveillée à Khartoum, pose toutefois pour condition que soit d'abord mise en ½uvre la décision prise en septembre l'autorisant à vivre dans le pays de son choix au sein de l'organisation régionale Igad (Djibouti, Ethiopie, Kenya, Ouganda, Somalie, Soudan et Soudan du Sud).

M. Machar est en exil après avoir dû fuir Juba en 2016 sous les tirs de l'armée de M. Kiir suite à l'échec d'un précédent accord de paix qui avait entraîné de violents affrontements entre leurs forces.

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: le président ordonne la décongestion des prisons  Gabon: libération du leader d'un parti d'opposition arrêté lundi  CAN-2019 : "Le Sénégal a aussi des arguments" pour l'emporter, estime Aliou Cissé 

Machar

AFP

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar

AFP

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar

AFP

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar doit revenir mercredi

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar doit revenir mercredi

prêt

AFP

CAN-2019: le Sénégal prêt

CAN-2019: le Sénégal prêt

AFP

Face aux pressions internationales, Yaoundé se dit prêt

Face aux pressions internationales, Yaoundé se dit prêt

AFP

RDC: Bemba prêt

RDC: Bemba prêt

Soudan

AFP

Craintes d'effondrement économique au Soudan après des mois de troubles politiques

Craintes d'effondrement économique au Soudan après des mois de troubles politiques

AFP

Après 30 ans, le Soudan fait un pas crucial vers la démocratie

Après 30 ans, le Soudan fait un pas crucial vers la démocratie

AFP

Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène

Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène