mis à jour le

Puits de pétrole à Hassi Messaoud. AFP
Puits de pétrole à Hassi Messaoud. AFP

Cette caste qui confisque le pétrole algérien

Alors que les réserves de pétrole tarissent, l'Algérie n'a pas de véritable stratégie pour l'avenir.

Si l’Algérie est riche grâce à ses ressources naturelles, elle n’en demeure pas moins pauvre dans leur gestion.

Quinzième producteur mondial de pétrole—troisième en Afrique (derrière la Libye et le Nigeria)— et dixième producteur de gaz naturel —deuxième en Afrique—, l’Algérie, 50 ans après son indépendance, reste prisonnière d’une économie de rente.

Ainsi, 97% de ses entrées en devises proviennent de l’exportation des hydrocarbures. Le pays dépend donc aujourd’hui et plus que jamais, pour son fonctionnement, de l’étranger: il importe quasiment tout, des produits manufacturés en passant par les services, jusqu’aux dérivés de pétrole (sic!).

Pis encore. Ironie de l’histoire, l’Algérie qui, autrefois, était le grenier de l’Europe, est désormais obligée de se tourner vers les marchés internationaux pour faire ses emplettes alimentaires; parfois au prix fort (l’Algérie est le premier pays importateur de blé au monde).

Une gestion d’épicerie

Comment est gérée la manne? Pour schématiser, on dira que l'Algérie vend son pétrole et son gaz, encaisse l'argent, distribue une partie au «peuple», à coup de plans quinquennaux d’investissement public, pour entretenir un semblant de paix sociale.

Beaucoup de cet d’argent se volatilise dans de sombres affaires de corruption et de détournements en tout genre avant d’arriver aux destinataires.

Le reste sert à maintenir le pays dans le statu quo politiquo-économique et prolonger la survie du régime. Cette vision à court terme est évidemment sans avenir et atteint ses limites dans un contexte mondial et régional en ébullition. 

L’hiver dernier, une partie de la population algérienne a subi dans sa chair les contrecoups de cette politique d’épicier.

Une pénurie de gaz butane avait provoqué l’ire de beaucoup de foyers algériens, qui ne pouvaient se procurer ce combustible pour faire face au froid, particulièrement dans les régions isolées du pays.

Des images montraient d’interminables files d’attente aux stations-service où les bonbonnes de gaz butane étaient distribuées au compte-gouttes.

L’hiver passe, un autre disfonctionnement pourrit la vie de millions d’Algériens au mois de ramadan: les délestages électriques en pleine canicule.

A qui la faute? Evidemment, les responsables du secteur ont trouvé la parade pour expliquer ces tristes évènements: selon eux, ce serait Mère Nature qui, sans (les) prévenir, a décidé que l’hiver soit un peu plus froid que d’habitude et le thermomètre un peu plus élevé en été. En résumé, c’est la faute aux changements climatiques. La belle excuse!

Pour le consultant international Hocine Malti, ancien vice-président de Sonatrach (1972-1975) et auteur de «L’histoire secrète du pétrole algérien»:

«Le secteur est géré au jour le jour. On ne fait que répondre aux urgences, telles que la pénurie de gaz butane, la saturation des raffineries (L’Algérie va importer 120.000 tonnes d’essence en 2012, ndlr)… C’est une gestion catastrophique. Il n’y a pas de stratégies d’avenir.» 

Concernant justement la pénurie d'essence, le spécialiste pointe encore une fois la mauvaise gestion: les responsables auraient dû anticiper «il y a quelques années ce problème et programmer la mise en place de nouvelles raffineries. Maintenant que la pénurie est là, l’importation d’essence va se poursuivre, au moins, 5 à 6 années, parce qu’une raffinerie ne se construit pas du jour au lendemain. Il faudra 5 à 10 ans à l’Algérie pour rattraper son retard», constate Malti.

Le début de la fin des hydrocarbures?

La multiplication des conflits dans les pays riches en ressources naturelles (Afrique, Moyen-Orient), et les guerres larvées entre plusieurs puissances mondiales (USA, Russie, Chine…), pour le contrôle des dernières ressources d’hydrocarbures dans le monde, confortent les prévisions des spécialistes qui annoncent depuis la fin des années 70, la raréfaction des énergies fossiles, notamment l’or noir, dont le pic de production a déjà été atteint aux Etats-Unis et en Arabie Saoudite.

Bien entendu, cette angoisse s’est saisie de l’Algérie. La question est de savoir de combien de temps dispose le pays avant le tarissement de ses puîts. Deux visions s’affrontent.

D’un côté, il y a des spécialistes comme l’économiste Abderrahmane Mebtoul, qui lui donnent au mieux 25 ans d’exploitation:

«Tenant compte de l’évolution des coûts croissants, des nouvelles mutations énergétiques mondiales et de la concurrence de nouveaux producteurs, des exportations et de la forte consommation intérieure induits par les 20 milliards d’euros de nouveaux investissements dans le doublement des capacités des centrales électriques, l’Algérie sera importatrice de pétrole dans 15/16 ans et de gaz conventionnel dans 25 ans. D’où l’importance, dès maintenant, de prévoir d’autres sources d’énergie pour l’Algérie.»

A quelques détails près, ce constat est corroboré par l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) qui confirme dans son dernier rapport statistique annuel, «le déclin sur les différents segments de la filière hydrocarbures en Algérie».

En effet, le rapport estime les réserves prouvées de gaz à 4.504 milliards de mètres cube. Ce qui donne, pour l’Algérie, dans les meilleurs des cas, un ratio réserves-production de 57,7 années.

Mais si l’on prend en compte les prévisions de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG), qui incluent une forte demande interne de gaz naturel (augmentation de 5 % par an) servant à faire tourner les centrales électriques, ledit ratio sera revu à la baisse.

Même scénario pour le pétrole. Cela fait une dizaine d'années que le grand gisement de Hassi Messaoud (800 km au sud d'Alger) montre des signes de faiblesse. L’Opep évaluait, en 2001, les réserves de  l’Algérie à 12,2 milliards de barils.

La production journalière ayant été d’environ 1,2 million de barils par jour en moyenne pour 2011, le ratio réserves-production était de 19,3 ans.

Or, comme pour le gaz naturel, ces estimations n’incluent pas l’augmentation de la consommation nationale, tirée vers le haut par le développement spectaculaire du parc automobile en Algérie et la voracité des centrales électriques qui fonctionnent au diesel. (On prévoit la construction d’une vingtaine de nouvelles centrales dans le sud pour répondre à la forte demande en électricité).

Si, il y en a plus, on creuse encore!

Certes, le gouvernement a reconnu, à demi-voix, que l’échéance de la fin des réserves prouvées d’hydrocarbures approche. Mais, se voulant rassurant, il a annoncé des solutions non conventionnelles de rechange.

En effet, outre l’ouverture des mines à charbon envisagée par Youcef Yousefi,  le ministre de l’Energie, le PDG de Sonatrach M. Abdelhamid Zerguine a déclaré récemment qu’une étude menée conjointement avec des partenaires de l’Algérie sur une superficie de 180.000 kilomètres a révélé un potentiel de réserves avoisinant les 600 trillions de mètres cubes de gaz de schiste.

«Si ces réserves se confirment, elles représenteraient 4 fois nos réserves actuelles, c'est vous dire avec bonheur que notre domaine minier n'a pas encore dit son dernier mot», s’est enthousiasmé le patron de Sonatrach. 

Ces déclarations irritent Hocine Malti par leurs approximations:

«Ce ne sont que des élucubrations… Il est impossible de savoir ce que recèle comme richesse une superficie de 180.000 km2 sur la base de 3 ou 4 forages. Cela ne veut absolument rien dire. Cela peut être exact comme cela peut être complètement faux.»

Levée de bouclier chez les écologistes

Le nouveau projet de loi sur les hydrocarbures, attendu depuis 2 ans, sera bientôt soumis à l’appréciation du Parlement algérien, fraîchement «élu». Autant dire, que la loi passera comme une lettre à la poste;  car l’APN (Assemblée Populaire Nationale), connue pour être une caisse de résonance des décisions du pouvoir, se contente de jouer son rôle de figurant dans une crypto-dictature.

Nouveauté: selon certaines sources, cette nouvelle loi ouvrirait la voie à la Sonatrach pour l’exploitation, à court terme (on parle de dix ans) du gaz de schiste. Or, si le gouvernement a l’habitude de se passer de l’avis de la société civile quand il s’agit de gérer des richesses du sous-sol algérien, cette fois, une résistance s’organise pour tenter de le faire reculer sur le dossier du gaz de schiste.

Et pour cause: énergie extrêmement polluante, gourmande en eau, l’extraction du gaz de schiste reste une technologie encore non maîtrisée et très coûteuse. Ce que confirme Hocine Malti:

«Je suis complètement contre l’exploitation du gaz de schiste, pour plusieurs raisons. D’abord ne nous maîtrisons la technologie, deuxièmement ce sont des investissements très lourds et troisièment c’est une industrie très polluante».

Ainsi, les militants anti-gaz de schiste, très actifs sur les réseaux sociaux, viennent de créer le Collectif National pour les Libertés Citoyennes.  Pour mobiliser l’opinion publique, des débats sont animés dans la capitale par des universitaires et des spécialistes sur les conséquences écologiques d’une telle industrie.

Parmi les autres revendications de ce collectif, c’est  l’implication des citoyens algériens dans les décisions qui concernent l’avenir du pays.

Autrement dit, il est demandé au gouvernement plus de transparence dans la gestion des affaires du pays, notamment celles inhérentes à la gestion des hydrocarbures, via la réactivation du Conseil Supérieur de l’Energie.

Le ver est dans le fruit 

Alors que le nouveau projet de loi n’a pas encore été présenté à l’APN, le quotidien Le Soir d’Algérie, citant «des sources bien informées», a révélé que le gouvernement algérien a d’ores et déjà donné son feu vert à BP pour procéder à des forages dans le bassin d’Illizi pour l’extraction du gaz de schiste.

«Tout est fin prêt pour entamer les forages, mais la compagnie britannique préfère attendre l’adoption du projet d’amendement de la loi sur les hydrocarbures afin de bénéficier des avantages fiscaux contenus dans ce texte pour les sociétés qui investissent dans les gaz de schiste», ajoute le quotidien.

Si cette information se confirme, cela ferait de l’Algérie le premier pays laboratoire où sera expérimentée à une échelle industrielle l’exploitation du gaz du schiste. Et tant pis pour les dégâts écologiques sur le Grand Sud algérien!

L’alternative des énergies renouvelables  

Quand on s’intéresse à la question des énergies renouvelables en Algérie, on constate que le pays dispose des ressources aussi bien financières (plus de 190 milliards de dollars de réserves de change) que technologique et humaines qui lui permettent de développer ce secteur. Mais on se rend vite compte, qu’il lui manque l’essentiel: la volonté politique.

Tant que le pétrole coule, la politique de la rente empêchera l’Algérie de s’intéresser à l’exploration d’autres sources d’énergie possible. L’énergie solaire en est une.

«Le Sahara compte 1,5 million de kilomètres carrés, il suffirait d’une surface de 30 kilomètres carrés, plantée de panneaux solaires pour satisfaire la consommation nationale en électricité», écrit l’expert en énergie, l’ingénieur Yassine Mrabet.

Mieux encore:

«Des champs de capteurs solaires cylindro-paraboliques implantés sur 1/20e de la surface du Sahara suffiraient pour couvrir la consommation mondiale d’électricité qui est d’environ 18.000 Twh/an (18.000.000 Gwh/an)», estime-t-il.

Ce formidable potentiel solaire de l’Algérie n’a pas échappé à l’Allemand Paul Van Son, qui porte depuis quelques années le projet «Desertec»

Celui-ci consiste à réaliser un partenariat entre l’Europe et le Maghreb dans le but d’assurer l’autosuffisance en électricité des deux continents à travers le procédé déjà éprouvé des centrales thermo-solaires. 

Ce projet a fait couler beaucoup d’encre dans la presse algérienne, quand le gouvernement a daigné s’y intéresser, pour sitôt l’enterrer. Le voisin marocain, en revanche, y souscrit dans les faits.

Ce  pays va accueillir la première centrale thermo-solaire pilote de Desertec. De plus, le royaume chérifien va se doter de cinq nouvelles centrales électriques combinant énergie solaire et gaz naturel.

Un tel gâchis pour l’Algérie ne peut être que l’œuvre d’un pouvoir nombriliste qui confond encore la notion de bien commun avec celle d’intérêts de castes.

Fayçal Anseur

 

A lire aussi

Hassi Messaoud, les secrets (bien cachés) de l'or noir

L'Algérie, un pays qui se suffit à lui-même

L'Algérie, une forteresse assise sur son pétrole

Algérie: 36 millions de demandeurs, un poste

L'Algérie entasse ses pétrodollars

Fayçal Anseur

Fayçal Anseur. Journaliste algérien.

Ses derniers articles: Bouteflika, dernier résistant d'une époque révolue  Hollande ne fait pas le buzz sur le Web algérien  Ces musulmans victimes du terrorisme islamiste 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

gaz naturel

Economie

L'Algérie entasse ses pétrodollars

L'Algérie entasse ses pétrodollars

Hassi Messaoud

Vu d'Oran

Après le pétrole, le déluge

Après le pétrole, le déluge

Algérie

La corruption, une maladie nationale

La corruption, une maladie nationale

Vu d'Alger

La chaleur, ennemie du régime algérien

La chaleur, ennemie du régime algérien