SlateAfrique

mis à jour le

Bertin Nahum, l'Africain qui toise Jobs et Zuckerberg

Un Africain sur le toit du monde. Bertin Nahum, patron de Medtech, une entreprise basée à Montpellier dans le sud de la France spécialisée dans le domaine de la santé, vient d'être classé quatrième entrepreneur le plus révolutionnaire au monde, lit-on sur Le Figaro.

D'origine béninoise, l’entrepreneur, 42 ans, est né au Sénégal et a grandi en France. Classé par le magazine scientifique Discovery Series au mois de septembre 2012, juste derrière les Américains Steves Jobs, le défunt patron d'Apple, Marc Zuckerberg, l'inventeur du réseau social Facebook, et James Cameron, réalisateur du film à succès Avatar. Bertin Nahum ne l’a appris qu' «il y a 10 jours», à sa grande joie.

Bertin Nahum n'est ni spécialisé dans les réseaux sociaux, ni dans l'informatique, mais dans l'assistance robotique à la neurochirurgie. Son invention: Rosa.

Il s'agit d’un robot à la pointe de la technologie inventé en 2007, et qui est capable d'assister un chirurgien lors d'une intervention sur le cerveau.

«C'est une sorte de GPS, si vous voulez. Grâce à cette machine, l'opérateur va pouvoir atteindre avec précision une zone du cerveau et au lieu d'effectuer l'opération à main levée, c'est le bras du robot qui va agir. Cela peut s'avérer très utile pour poser une électrode ou réaliser la ponction d'une tumeur», explique le PDG de Medtech.

C'est lors de ses études à l'Institut national des sciences appliquées (INSA) à  Lyon qu’il a monté son projet.

«En fin de cursus, j'ai participé à la conception d'un logiciel capable de détecter automatiquement des lésions crâniennes à partir de scanners. Ce sentiment d'utilité m'a donné envie de consacrer ma carrière aux patients, mais du côté des techniciens, à travers la création de robots susceptibles d'accompagner les chirurgiens dans leurs opérations», souligne Bertin Nahum.

Parmi les critères de sélection établis par Discovery Series, l'entrepreneur devait amener une innovation révolutionnaire et améliorer la vie des gens.  

«C'est sûrement pour ces raisons qu'ils nous ont retenus», suppose-t-il.

Le témoignage d’une patiente atteinte d’une tumeur au cerveau et opérée grâce à Rosa en 2011 a été décisif dans le choix du jury, pense-t-il.

Le robot a été commercialisée pour la première fois en 2009. Depuis, près d’une quinzaine d’hôpitaux dans le monde en sont équipés.

Lu sur Le Figaro

A lire aussi

Apple, la marque des révolutionnaires

En avant pour le Burkina 2.0

Le Kenya champion du high tech