SlateAfrique

mis à jour le

Fès, le petit Paris marocain

La ville impériale de Fès est en train de se doter des attributs qui ornent la capitale française, la ville la plus visitée au monde.

Tout cela dans le but de «symboliser l'amitié» entre le Royaume alaouite et la France, lit-on sur le site d’information Au Fait Maroc.

«Après la fontaine du globe terrestre plus grande que celle d’Aix-les-Bains (France), les Champs Elysées de l’avenue Hassan II, voilà que Fès se dote d’une tour Eiffel miniature, et bientôt d’un Arc de Triomphe géant, plus grand que celui de Paris», rapporte l’Economiste.

Des projets démesurés à la hauteur des ambitions de cette ville déjà très prisées par les touristes. Mais la municipalité de Fès met beaucoup d’espoir dans la construction de ces sosies des grands monuments français.

«Nous allons construire des monuments qui devront renforcer l’attractivité de la ville et séduire habitants et touristes», indique Hamid Chabat, maire de Fès.

La ville s’est dotée, le 13 octobre 2012, d’une tour Eiffel de près de 30 mètres de hauteur. Rappelons que l’originale construite en 1889 mesure 324 mètres.

A Fès, la miniature de la Tour Eiffel,  implantée dans le rond-point de Zouagha, attire toutefois les riverains et touristes qui se prennent en photo devant comme s’ils étaient à Paris.

Outre son utilité touristique, la tour Eiffel miniature est une manière de répondre aux voleurs de fontaines qui sévissent à Fès. On ne vole pas facilement une Tour Eiffel en acier.

«Il serait difficile voire impossible, de l’enlever», poursuit le quotidien.

L’autre lubie de la commune, la construction prochaine d’un Arc de triomphe, cette fois plus haut de 5 mètres par rapport à l’originale. Celle-ci sera construite à l’entrée de la route nationale menant vers Meknès.

«Les plans architecturaux sont fins prêts et les travaux devront démarrer dans quelques jours», souligne le maire.

Et les travaux ne s’arrêteront pas là! Plusieurs projets sont en passe de se réaliser: restaurer l’université de la Karaouiyine, la construction d’un grand complexe culturel, qui comprendra une immense bibliothèque, des salles de lectures, un opéra… Un investissement de taille pour la commune qui engage des milliers d’euros dans ces travaux.  

Lu sur l'Economiste, Au Fait Maroc

 

A lire aussi

Le Maroc dans la nasse du Qatar

Mohammed VI passé au détecteur de dictateurs