SlateAfrique

mis à jour le

Le «planking», une pratique raciste?

C'est la question soulevée le 7 juillet 2011 par le site américain Gawker. Des internautes ont en effet signalé que cette pratique rappelait la manière d'attacher les esclaves africains sur les bateaux.

Ils sont des centaines de milliers à s'adonner à cette nouvelle tendance, qui consiste à se prendre en photo en train de faire la planche sur le ventre dans des endroits et des situations insolites, puis à poster leur clichés sur Facebook, Twitter ou sur des sites dédiés.

Dans les deux cas, le seul but est de faire rire, d’impressionner en trouvant le lieu le plus farfelu où s’allonger. La page Facebook «Planking Australia», d’où serait parti le mouvement, a plus de 173.660 likes et au moins autant de photos. Sur l’une d’elles, un homme fait la planche sur un petit djembé, un autre est allongé sur une boîte aux lettres.

Certains «plankers» n’hésitent pas à mettre leur vie en danger pour avoir la photo. En mai 2011, l’Australien Acton Beale essayait de faire du «planking» sur la balustrade de son balcon quand il est tombé du 17e étage.

Mais aujourd’hui, la pratique est pointée du doigt parce qu’elle offenserait la mémoire des esclaves. Le rappeur et acteur américain Xzibit a tweeté plusieurs fois le 7 juillet 2011 pour exprimer son indignation.

«Le planking était la manière dont on transportait les esclaves sur les bateaux lors de la traite négrière, ce n’est pas drôle. Renseignez-vous. [...] Ne pervertissez pas leur histoire. Je m’en fous que vous preniez des photos à la con en vous couchant par terre comme des abrutis, je vous dis simplement d’où ça vient.»

Gawker précise qu'Xzivbit n'est pas le premier à faire le rapprochement, le 28 juin 2011, le site CourtneyLuv.com avait posté un plan des cales des navires où étaient entassés les esclaves ainsi qu'un post expliquant la relation avec la tendance du «planking». Apparemment, cette disposition permettait d’optimiser l’espace pour embarquer le plus d’esclaves possible.

«Tout a une signification culturelle cachée. Certains y sont réellement sensibles. Bien sûr c’est plutôt drôle, mais cela peut être vu comme une insulte pour d’autres. D’ailleurs «planking» n’était pas le terme officiel utilisé par les négriers, mais il est perçu comme une insulte par certains africains-américains. [...] C’est à vous de juger».

Sur Twitter, les débats sont animés. Il y a ceux qui ne voient pas en quoi cette info fait d’un «planker» un raciste, et ceux qui interpellent, «maintenant, vous trouvez toujours ça drôle»?

Lu sur Gawker