mis à jour le

Johnnie Carson, sous-secrétaire d'Etat américain © U.S. Department of State/Africa Regional Services
Johnnie Carson, sous-secrétaire d'Etat américain © U.S. Department of State/Africa Regional Services

Mali: il faut organiser des élections dès avril 2013

L’urgence de la menace terroriste au Nord-Mali a poussé le Conseil de sécurité de l’ONU à voter la résolution 2071. Johnnie Carson, le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Afrique analyse pour SlateAfrique la situation au Mali.

SlateAfrique - Vous avez participé aux discussions franco-américaines (du 22 au 23 octobre) sur la sécurité au Sahel, quel bilan tirez-vous de ces journées?

Johnnie Carson - Ma visite à Paris pendant ces deux jours m’a permis de rencontrer des responsables du ministère de la Défense ainsi que ceux du ministère des Affaires étrangères pour discuter de la sécurité au Sahel et de la menace islamiste qui plane en Afrique de l’Ouest.

Tous les responsables du département d’Etat, de la Défense, de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), des Affaires étrangères et de l’Afrique ont pu échanger.

Nous avons axé notre discussion sur le Mali et la menace terroriste qui existe là-bas. Ces discussions nous ont donné l’opportunité d’évoquer d’autres questions importantes telles que l’immigration illégale, les opérations militaires et aussi les trafiquants.

Tous ces problèmes constituent des menaces en Afrique de l’Ouest. Et ils mettent en lumière les diverses difficultés que rencontrent ces gouvernements pour les gérer.

Ces deux journées ont été nécessaires pour coordonner nos opinions et positions. Les Etats-Unis sont fiers de cette collaboration étroite avec la France, pas seulement pour traiter de la situation liée à l’Afrique de l’Ouest, mais aussi d’autres parties du continent telles que l’est, le centre et le sud du continent.

La clé de la sortie de crise

Slate Afrique - Quelle action envisagez-vous pour le Mali?

Johnnie Carson - Le Mali est confronté à quatre problématiques étroitement liées et d'égale importance. Ces quatre interrogations doivent être résolues simultanément pour que le Mali puisse se redresser.

La principale difficulté est un problème de gouvernance au Mali. Il y a un besoin urgent à ce que le Mali retrouve la voie de la démocratie. Nous estimons qu’il est essentiel d’avoir une feuille de route et d’établir une stratégie pour organiser des élections.

En outre, l’armée ne doit en aucun cas interférer dans les affaires politiques du pays. Il faut absolument rétablir le pouvoir civil.

Le deuxième défi à relever est la question touareg. Il s’agit ici d’un enjeu politique qui ne rentre ni dans le champ militaire ou sécuritaire. La question touareg est ancienne et n’a jamais été résolue par le Mali.

Les Touaregs s’estiment à la fois politiquement marginalisés et économiquement négligés. Ils ont l’intime conviction que les Accords d’Alger (ces accords fixent les modalités du développement du nord du Mali et permettent un retour à une normalisation des rapports entre les Touaregs et Bamako, Ndlr), signés en 2006, n’ont pas été entièrement appliqués.

Il est crucial que Bamako, mais aussi les pays qui viennent au secours du Mali, le Burkina Faso (avec son président, Blaise Compaoré, et son ministre des Affaires étrangères, Djibril Bassolé) encouragent le gouvernement malien à tendre la main et à entrer en contact avec les Touareg.

Ces Touaregs ne sont pas impliqués dans les opérations terroristes. Le gouvernement malien et les rebelles touareg doivent ouvrir dès que possible une négociation.

Le troisième axe à résoudre est le terrorisme. Et nous devons efficacement combattre, vaincre et chasser al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) du nord du Mali, afin de rétablir l’intégrité territoriale du pays. Ce en quoi nous croyons fermement.

Le terrorisme est un problème d’ordre sécuritaire et militaire. C’est pourquoi le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, le 12 octobre, la résolution 2071. Cette résolution autorise l’Union africaine et les autres pays ouest-africains à réfléchir à un plan et une stratégie pour se débarrasser des terroristes.

Nous examinons et analysons actuellement ce qui peut être fait pour régler cette situation.

Et enfin le quatrième volet est la crise humanitaire qui touche la région. Le coup d’Etat du 22 mars 2012 et la sécheresse ont considérablement aggravé la crise alimentaire. La situation humanitaire est tellement préoccupante qu’elle a généré de nombreux déplacements de populations. 109.000 Maliens se sont réfugiés dans des camps à la frontière de la Mauritanie et 40.000 sont déplacés au Niger.

Le nœud gordien des élections

Slate Afrique - Comment organiser des élections dans un pays dont la majorité du territoire est contrôlé par les radicaux islamistes?

Johnnie Carson - Il est vrai que 50 à 55% du territoire malien est actuellement dans les mains des salafistes et rebelles. Les trois principales villes du Nord que sont Tombouctou, Gao et Kidal sont sous leur contrôle. Mais la démocratie et les élections ne sont pas une question de territoire, mais de citoyens ayant la possibilité de voter pour un gouvernement officiel.

55% du Mali se retrouve sous l’emprise des rebelles. Mais, selon les experts, seulement 10 à 15% de la population malienne vit dans cette partie du pays. Et aujourd’hui, un tiers de ces 10 ou 15 % ont fui le nord.

Et pour cause, de nombreux Maliens se sont  réfugiés, comme je le mentionnais juste avant, en Mauritanie. D’autres se sont déplacés au Niger. En outre, il y a un grand nombre de Maliens du Nord qui s’installent dans le sud du pays.

Sachant tout cela, ce qui me semble le plus approprié dans ce genre de situations est d’organiser des élections pour le plus grand nombre. 85 à 90% de la population se retrouvent dans le sud du Mali, il n’y a donc aucun frein pour empêcher la mise en place d’élections.

En outre, on peut préparer le scrutin dans les camps de réfugiés en Mauritanie et enregistrer les déplacés du Nord-Mali.

Et ce ne serait pas la première fois dans l’histoire que des pays en guerre civile ou divisés organisent quand même des élections. Cela a déjà été fait. Notamment aux Etats-Unis pendant la guerre de Sécession où notre pays était profondément divisé sur la question de l'esclavage, notamment entre les Etats du sud des Etats-Unis et ceux du nord. Et pourtant, ces divisions n’ont pas empêché l’instauration d’une élection nationale, car nous voulions avancer. D’autres pays ont connu la même expérience en Europe.

L’élection et la démocratie ne se résument pas à savoir quel territoire peut voter ou non, il s’agit du droit souverain d’un peuple à voter et maintenir l’intégrité et la paix dans son pays.

La démocratie est le droit du peuple à participer au gouvernement. Le peuple ne devrait jamais être pris en otage lors d’un conflit ou, dans ce cas précis, d’une conquête de territoire.

SlateAfrique - Quand cette élection devrait-elle être organisée?

Johnnie Carson - Le moment idéal serait d’organiser ces élections d’ici le 23 avril 2013. Cependant, tout dépend de  la feuille de route que l’on devra suivre. Cette feuille de route précisera quel moment est le plus opportun pour la mise en place de ces élections.

Ce scrutin ne sera envisageable que lorsque les quatre problématiques que j’ai mentionnées plus tôt seront résolues.

Slate Afrique - Une intervention militaire internationale est elle nécessaire au Mali?

Johnnie Carson - Il est important que le Mali et ses voisins, épaulés bien entendu par l’Union africaine et la communauté internationale, se chargent de cette crise et la règlent.

La crise qui frappe le Mali aujourd’hui a plusieurs facettes. Elle est d’ordre national, car les premières victimes sont les Maliens. Nombre d’entre eux sont à présent des réfugiés.

Il est fort probable que les salafistes installés dans le nord du Mali veuillent exporter leur idéologie hors des frontières maliennes, afin de s’étendre dans les autres Etats de la région.

La crise malienne est également internationale, car elle pourrait conduire le pays à devenir un foyer stratégique pour des individus, issus d’autres régions, partageant la même vision que les salafistes, et voulant répandre leur philosophie dans les pays voisins, puis au Moyen Orient, en Europe, au Canada et enfin aux Etats-Unis.

C’est pourquoi la situation du Mali interpelle la communauté internationale car, je le répète, il s’agit d’une crise nationale, régionale et internationale.

Propos recueillis par Maïmouna Barry, Pierre Cherruau et Afolake Oyinloye

 

A lire aussi

La deuxième partie de l'interview de Johnnie Carson

Pour comprendre la crise malienne, notre dossier Mali: un pays coupé en deux

Afolake Oyinloye, Maïmouna Barry et Pierre Cherruau

Ses derniers articles: Mali: il faut des élections dès avril 2013 

armée

AFP

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

AFP

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

AFP

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

Libye: le gouvernement dénonce la formation d'une armée "parallèle"

coup d'Etat Mali

Obstination

Mali: le capitaine Sanogo reste persuadé d'avoir «sauvé» son pays

Mali: le capitaine Sanogo reste persuadé d'avoir «sauvé» son pays

Désarroi

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Paroles d'expert

Comment lutter contre le djihad au Mali

Comment lutter contre le djihad au Mali

crise malienne

Mali

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison?

Fiasco

Y a-t-il un plan B au Mali?

Y a-t-il un plan B au Mali?

remake?

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012