SlateAfrique

mis à jour le

Thomas Sankara toujours vivant à Berlin (VIDEO)

25 ans après sa tragique disparition, Thomas Sankara reste encore vivant dans les cœurs. A Berlin, des portraits et messages du leader panafricaniste sont placardés sur les murs de la ville.

L'association AfricAvenir a lancé une vaste campagne d'affichage pour commémorer le 25e anniversaire de la disparition du leader burkinabé, Thomas Sankara, rapporte le site allemand DW.

Par ailleurs, le collectif Baraka organise la projection, pour la première fois en Allemagne d’un documentaire diffusé en deux parties intitulé «Sur les traces de Thomas Sankara» et «Héritages en partage», réalisé par le collectif lui-même.

L'association Baraka, né en 2006 en France, cherche à recréer des liens entre justice sociale, justice écologique et spiritualité musulmane. Ses membres s’intéressent à toutes les formes de résistance. Ainsi, ils ont voulu magnifier l’œuvre de Sankara, considéré au Burkina Faso comme le père de la «révolution démocratique et populaire».

«Il se trouve qu’en 2008, on a eu l’occasion de participer à un forum social qui s’appelait Etranges rencontres à Ouagadougou, et pour nous c’était aussi l’occasion de partir sur les terres de Thomas Sankara. Donc on est parti avec rien qu’une petite caméra, et sur place, on a eu la chance de rencontrer certaines personnes qui ont travaillé sur ce sujet ou qui ont connu Thomas Sankara», explique Soukey, une des réalisatrices du documentaire.

Le collectif a réalisé de nombreuses interviews au Burkina Faso, et de retour en France, il a décidé de les compléter par d’autres entretiens, ainsi que par des images et des sons d’archives. La particularité de ce documentaire est qu’il a été réalisé sans aucun commentaire

 «Le principal pour nous c’était de donner la parole aux concernés, c'est-à-dire de ne pas donner une interprétation qui vienne de l’extérieur, mais que justement ceux qui puissent parler sont ceux qui ont été acteurs de cela ou ceux qui vivent aujourd’hui l’héritage de Thomas Sankara», souligne Ibrahim Mata, membre du Collectif.

Dans la première partie du document, on découvre un témoignage poignant de Germaine Pitroipa, Haut Commissaire sous la révolution, qui contrairement à d’autres de ses anciens compagnons ont préféré se taire.

«Pour les gens qui l’ont vraiment côtoyé, qui ont lutté à ses côtés, qui ont élaboré certaines idées, c’est difficile d’en parler parce que c’était tellement violent la fin de la révolution, c’est une plaie qui n’est pas encore refermée», a relevé la réalisatrice Soukey.

Le documentaire est libre de droits. Pour que les idées de Thomas Sankara soient diffusées le plus largement possible, a fait savoir la réalisatrice. Le documentaire est également passé sur les écrans à Dakar le 15 octobre dernier.

Lu sur DW

A lire aussi

Un quart de siècle pour le régime Compaoré

Compaoré, nouveau dinosaure africain

Thomas Sankara, héros profané