SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Les têtes tombent après la débâcle des Lions de la Téranga

Les premières sanctions du match houleux Sénégal-Côte d'Ivoire sont tombées. Le sélectionneur de l’équipe nationale, Joseph Koto et son adjoint Karim Séga Diouf, ont été limogés pour «objectifs non atteints», rapporte l’APS.

La Fédération Sénégalaise de football (FSF) qui s’est réuni le 23 octobre a mis fin à leurs fonctions, qu’ils assuraient depuis le mois de juin dernier. Une manière pour le comité exécutif de la FSF de tirer les leçons de la disqualification du Sénégal à la Coupe d’Afrique des Nations 2013 (Can).

L’intérim de Joseph Koto  a été confié au directeur technique national, Mayacine Mar, qui a pour mission d'organiser un match avec un «sparring-partner» africain le 14 novembre prochain.

Joseph Koto avait été désigné en remplacement du Français Pierre Lechantre nommé sélectionneur fin avril et qui a ensuite renoncé à entraîner «les Lions», pour «manque de garanties», selon des sources internes à la Fédération, précise Eurosport

Koto a assuré l'intérim de Lechantre, puis a été confirmé par la FSF sélectionneur le 15 juin, avec comme adjoint Karim Séga Diouf.

Le match Sénégal-Côte d'Ivoire du 13 octobre, disputé dans le cadre des barrages retour qualificatifs à la CAN-2013, a été interrompu à la 74e minute à la suite d'incidents, alors que la Côte d'Ivoire menait 2 à 0.

Le 15 octobre, la Confédération africaine de football (CAF) a confirmé le résultat en faveur de la Côte d'Ivoire, ce qui éliminait le Sénégal pour la prochaine compétition qui se joue en Afrique du Sud.  

La CAF a précisé que sa commission de discipline pourrait imposer «d'autres sanctions». Le président, Augustin Senghor a assuré que la FSF faisait son possible pour éviter à l’équipe nationale de lourdes sanctions. Il a également donné le profil du futur entraineur du Sénégal.

«Ce qu'il faut, c'est un entraîneur de haut niveau qui puisse valablement mener à bien le projet que nous avons: celle de construire une équipe sénégalaise, une équipe nationale forte mais s'inscrivant dans le temps (...) ne nous fait pas déroger du fait que nous devons continuer à bâtir cette équipe nationale sur de nouvelles bases et à nous entourer de la meilleure expertise possible», a-t-il souligné.

Lu sur APS, Eurosport

A lire aussi

Le football africain n'a plus de grande équipe

Football: entraîner en Afrique, mode d'emploi

Comment sortir le football africain de la dictature