mis à jour le

Des otages occidentaux au Mali, le 21 août 2012. AFP photo/Al-Jazeera/ HO
Des otages occidentaux au Mali, le 21 août 2012. AFP photo/Al-Jazeera/ HO

Pour sauver le Nord-Mali, faut-il mettre en danger les otages?

L'opération reconquête du Nord-Mali se précise. La France est-elle prête à intervenir?

Mise à jour du 17 décembre 2012: Les otages français au Sahel sont "vivants" mais les tentatives pour leur libération sont "pour l'instant" restées vaines, a déclaré le 17 décembre 2012 le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

"Ils sont vivants, mais pour l'instant les initiatives que nous prenons pour obtenir leur libération sont restées vaines, et non seulement sont restées vaines mais il y a un otage de plus, donc il faut aussi enrayer ce processus et faire en sorte que tout cela se décline de la meilleure manière", a déclaré le ministre interrogé par la radio France Culture.

****

Un casse-tête de plus pour le locataire de l’Elysée. Les extrémistes qui font la pluie et le beau temps dans le Nord-Mali menacent d’exécuter les otages en cas d’intervention militaire contre leurs positions.

Ces menaces qui interviennent alors que les initiatives dont la réunion de haut niveau à Bamako, se multiplient pour permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale, n’ont qu’un seul objectif: intimider les intervenants.

Comme on le sait, la France est un élément important dans le dispositif de reconquête du Nord-Mali tant par son statut au sein du Conseil de sécurité de l’organisation des Nations Unies (ONU) que par sa capacité à apporter un appui logistique conséquent aux troupes qui devraient être déployées sur le terrain au Mali.Cette force de la France, les djihadistes également en sont conscients.

Sauver les otages?

Ce n’est pas un hasard s’ils agitent le spectre de l’exécution des otages français en cas d’intervention militaire au Nord du Mali. Pour le président Hollande, c’est une lapalissade de dire que les temps sont durs.

En plus de la crise dans la zone euro et des problèmes de sécurité sur le territoire français, il doit faire face à ces menaces.

Les familles des otages lui ont, du reste, exprimé ce qui est certainement leur souhait le plus ardent du moment : voir leurs proches libérés et de retour à leurs côtés. Sans qu’il soit besoin d’être alarmiste, on peut se dire que ce souhait n’est pas prêt de se réaliser.

Les extrémistes savent que leurs otages ne leur ont peut-être jamais été aussi précieux qu’en ce moment. C’est leur moyen de pression contre l’intervention militaire, leur arme de dissuasion. On imagine donc qu’ils entendent en tirer le plus grand profit et, de ce fait, ne vont pas les lâcher facilement.

De son côté, la France est déterminée à ne pas se laisser dicter sa ligne de conduite par les terroristes. A en croire le locataire de l’Elysée, ces menaces ne sauraient freiner l’élan de la France dans cette juste bataille. 

Sauver le Mali?

L’unité du Mali, la libération de ses populations du joug djihadiste sont en droite ligne des valeurs que défend la France. De toute façon, la situation des otages est compliquée et ce, quoi que fasse Paris.

Et quand on sait la place historique du pays de François Hollande dans cette sous-région et son attachement aux valeurs de liberté, de démocratie, il est difficile d’imaginer qu’il puisse vraiment, par crainte de la réaction des terroristes, renoncer à jouer sa partition dans la bataille pour libérer ces populations martyrisées de la férule islamiste.

Seulement, cet engagement de la France sonne comme un sacrifice des otages. Certes, les négociations en vue de leur libération pourraient probablement se poursuivre en toute discrétion. Mais la partie n’est pas gagnée d’avance.

C’est une manœuvre périlleuse et la volonté de ne pas compromettre définitivement une éventuelle libération de ces otages expliquerait en partie le maintien de l’option du dialogue avec les islamistes du MUJAO, quand bien même ces négociations prônées ont l’air d’un dialogue de sourds.

 En effet, les islamistes, tout en se disant favorables à la négociation, disent à qui veut les entendre leur détermination à camper fermement sur leurs positions. Ainsi, la marge de manœuvre de Hollande est étroite. Mais il devra trouver les voies et moyens pour relever ce défi. 

Une armée malienne en perte de vitesse

Dans ce contexte, le spectacle de l’armée malienne encore divisée est affligeant. La récente manifestation des femmes de militaires dénonçant la détention de leurs époux dans de mauvaises conditions rappellent, entre autres, le climat social délétère à Bamako et les divisions au sein de la Grande Muette.

Pourtant, cette armée devrait, en rangs serrés, mettre un point d’honneur à jouer toute sa partition dans l’opération à venir. Pour cela, on devrait déjà percevoir ne serait-ce que l’esquisse d’une armée unie.

Ce qui passe par l’élargissement des militaires détenus à la faveur du coup de force du capitaine Sanogo et des remous qui en ont découlé ou à tout le moins à la transparence des procédures judiciaires à leur encontre.

Une fois de plus, pendant que la communauté internationale sonne la mobilisation en faveur de la restauration de l’intégrité territoriale du Mali, les Maliens peinent, avec leurs dissensions internes, à se mettre à la hauteur du défi. Il faut espérer que ces querelles de chiffonniers cessent enfin au plus vite pour faire place à l’essentiel: l’intérêt général du pays.

Le Pays

A lire aussi

Amadou et Mariam: «L'islam des radicaux, ce n'est pas le vrai islam»

Nord-Mali: Pourquoi l'intervention militaire se fait attendre

Pourquoi les Maliens ont raison d'avoir peur

Mali: La société civile libère la parole

Le Mali a vraiment perdu la tête

Lire notre dossier: Mali, un pays coupé en deux


Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

capitaine Sanogo

Désarroi

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Nord-Mali

Attention aux dommages collatéraux!

Attention aux dommages collatéraux!

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Djihadistes

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Terrorisme

À la frontière tunisienne, une attaque de grande ampleur était redoutée depuis des mois

À la frontière tunisienne, une attaque de grande ampleur était redoutée depuis des mois

Egypte

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Qui sont les djihadistes égyptiens d'Ansar beït al-Maqdess qui ont allégeance à Da'ech?

Elysée

CAMEROUN

Il est enfin libre

Il est enfin libre

Récompense

La meilleure baguette de Paris est tunisienne

La meilleure baguette de Paris est tunisienne

Libération

Les 7 otages français libérés et rendus aux autorités camerounaises

Les 7 otages français libérés et rendus aux autorités camerounaises