SlateAfrique

mis à jour le

Côte d'Ivoire - Ces attaques armées qui visent les forces de l'ordre

Dans la nuit du 20 au 21 octobre, le commissariat et la gendarmerie de Bongouanou, au centre-est de la Côte d’Ivoire, ont été attaqués par un groupe d’hommes armés non identifiés. 

Les agresseurs ont profité de leur assaut pour dérober des armes, 13 au total. Selon le site ivoirien Abidjan.net, 8 fusils AK-47 et 5 pistolets automatiques ont été volés.

Selon le journal ivoirien Soir Info, l'attaque a duré une trentaine de minutes. Un ordinateur a aussi été dérobé. Pour éviter d'être pris en chasse, les assaillants ont tiré dans les roues du véhicule des forces de l'ordre.

Aucun incident mortel n’est été à déplorer, mais les assaillants se sont ensuite attaqués au cantonnement des Eaux et Forêts où ils ont pris cinq autres armes, toujours selon l’AFP.

Des attaques de ce type sont perpétrées depuis le mois d’août, visant parfois les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire.  

Dans la nuit du 14 au 15 octobre, c’est la centrale thermique d’Azito à Abidjan qui avait été visée et sévèrement touchée par une attaque, en même temps que les FRCI étaient attaquées à Bounoua, à 60 km d’Abidjan.

Ces attaques, bien souvent doublées de vols d’armes à feu, sont attribuées par le gouvernement ivoirien aux partisans de l’ancien président Gbagbo, qui, selon l’AFP, seraient en lien avec des forces réfugiées au Ghana.

Et l’AFP de conclure que ce regain de tension est le plus grave depuis la fin de la crise postélectorale de 2010/2011, qui avait fait alors 3. 000 morts.

Lu sur Abidjan.net, Soir Info

A lire aussi

Ouattara doit maintenir le cap en Côte d'Ivoire

Hollande avait beau gronder, il ne pouvait pas snober Kinshasa

Ces caïmans qui sèment la terreur en Côte d'Ivoire

Les Lions d'Afrique noire ne rugissent plus