SlateAfrique

mis à jour le

La ministre de la Francophonie Yamina Benguigui recrute 100.000 profs

De retour de Kinshasa où se tenait le 14e sommet de la Francophonie du 12 au 14 octobre dernier, Yamina Benguigui, a présenté son programme pour booster la pénétration de la langue française en Afrique. Agrandir, encore plus! Tel est le nouveau credo de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

«100.000 professeurs de français pour l'Afrique», annonce la ministre déléguée chargée de la Francophonie, Yamina Benguigui dans un entretien accordé aux quotidiens régionaux français.

Selon elle, la langue française connaît un véritable dynamisme dans le continent et est promise à un véritable boom à long terme.

«Elle est parlée par plus de 220 millions de personnes. En 2050, selon les projections, 700 millions parleront français dont 80% sur le continent africain. Nous devons être à la pointe du combat pour le multilinguisme. Pour mener cette bataille, je veux donner un nouvel élan à notre politique de promotion et d’attractivité de la langue française. C'est un vrai virage», a présenté la ministre déléguée de la Francophonie.

C’est dans cette dynamique de renforcement des systèmes éducatifs des pays en voie de développement que Yamina Benguigui a lancé le projet intitulé «100.000 professeurs de français pour l’Afrique».  

 «Ces professeurs seront formés par le biais du réseau culturel français en Afrique et deviendront eux-mêmes formateurs. Pour financer cette action, la France engage 1,5 million d’euros par an sur 3 ans», a-t-elle expliqué.

Dans cette nouvelle politique, Yamina Benguigui compte aussi «développer, en lien avec l’OIF, le rayonnement de la francophonie dans le monde et de renforcer nos actions dans le domaine de la gouvernance démocratique, de l’Etat de droit, des droits de l’homme et des libertés fondamentales», a-t-elle précisé.

La ministre déléguée à la Francophonie, dont le voyage Paris-Kinshasa avait créé une polémique par son coût élevé, veut donner un nouvel élan à la politique d’attractivité de la langue française.

Lu sur Le Républicain Lorrain

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Il ne faut pas laisser la Francophonie se transformer en «machin

En Afrique, la francophonie perd son latin