mis à jour le

Bissau: le président Vaz ne veut pas de son ex-Premier ministre comme chef du gouvernement

Le président de Guinée-Bissau José Mario Vaz a refusé mercredi de nommer à la tête du gouvernement le chef de la majorité parlementaire, son ex-Premier ministre Domingos Simoes Pereira, avec qui il entretient des relations difficiles.

Le président a rejeté la proposition de la majorité parlementaire, dirigée par le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), de désigner Domingos Simoes Pereira.

"Tout en reconnaissant que c'est votre parti qui détient la majorité au Parlement, je vous prie de bien vouloir proposer un autre nom pour occuper ce poste", a déclaré mercredi le chef de l'Etat, selon un communiqué de la présidence.

Il avait argué pendant plusieurs semaines du fait que le bureau de l'Assemblée nationale n'était toujours pas constitué, avant de finalement inviter lundi le PAIGC à lui proposer un nom, laissant entrevoir une sortie de crise.

Mais c'est celui de M. Pereira qui lui a été soumis. "Je décline la proposition faite par votre parti", a répondu M. Vaz.

La crise entre les deux hommes, pourtant issus du même parti, avait éclaté en août 2015 avec le limogeage par M. Vaz de M. Pereira, qui était alors son Premier ministre. 

Les deux hommes ne s'entendaient pas sur la direction du pays, notamment au sujet de la corruption. "Ils se détestent mutuellement et cela n'arrange pas les choses", a confié à l'AFP le constitutionnaliste Carlos Vamain.

M. Vaz a été exclu du PAIGC, formation qui a mené la lutte de libération du pays, peu après avoir limogé M. Pereira.

Malgré le bon déroulement des législatives du 10 mars, remportées par le PAIGC, ce petit pays lusophone d'Afrique de l'Ouest peine à sortir de la crise politique.

Depuis la reprise des travaux parlementaires le 18 avril, les débats achoppent sur la composition du bureau de l'Assemblée. 

En particulier, sur la base des résultats aux législatives, le Madem, formé par 15 députés frondeurs du PAIGC, revendique pour son chef de file, Braima Camara, le poste de deuxième vice-président. Le PAIGC s'y refuse dans le cadre de rivalités politiques en vue de l'élection présidentielle, fixée au 24 novembre.

Une délégation de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), médiatrice dans la crise, a effectué mercredi une visite de quelques heures à Bissau.

Ses membres "ont exprimé un sentiment de mécontentement" parce que les engagements pris lors de leur dernière visite tardent encore à se réaliser, a déclaré à la sortie d'une réunion le candidat Premier ministre Domingos Simoes Pereira.

"C'est une grande honte. D'autres Etats sont en train de nous expliquer comment diriger notre pays, de nous apprendre notre propre loi", a quant à lui affirmé le porte-parole du Madem, Arsenio Jibril Balde, en espérant en finir à brève échéance "une bonne fois pour toutes".

"Nous sommes là pour faire la dernière évaluation de la situation avant le sommet de la Cédéao à Abuja le 29 juin", où la crise à Bissau sera à l'ordre du jour, s'est contenté de déclarer le ministre d'Etat guinéen et secrétaire général de la présidence Naby Youssouph Kiridi Bangoura, membre de la délégation, aux côtés du président de la Commission de l'organisation régionale, l'Ivoirien Jean-Claude Brou.

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011  Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle  Elections générales sous haute tension au Mozambique 

chef

AFP

Sahara occidental: le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique

Sahara occidental: le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique

AFP

Tunisie: chef du parti Ennahdha, le "cheikh" Ghannouchi dans l'arène électorale

Tunisie: chef du parti Ennahdha, le "cheikh" Ghannouchi dans l'arène électorale

AFP

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

gouvernement

AFP

Le Maroc se dote du gouvernement le plus resserré de son histoire

Le Maroc se dote du gouvernement le plus resserré de son histoire

AFP

Niger: 2.000 personnes manifestent contre le gouvernement

Niger: 2.000 personnes manifestent contre le gouvernement

AFP

Routes au Mali: nouveaux engagements du gouvernement

Routes au Mali: nouveaux engagements du gouvernement

ministre

AFP

Le Nobel de la paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

Le Nobel de la paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed

AFP

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

Abiy Ahmed, Premier ministre pressé de changer l'Ethiopie

AFP

L'Ethiopie "fière en tant que nation" du Nobel de la paix de son Premier ministre

L'Ethiopie "fière en tant que nation" du Nobel de la paix de son Premier ministre