SlateAfrique

mis à jour le

Maroc- Les salafistes font-ils table rase de la préhistoire?

Elles avaient traversé les millénaires et sont à présent détruites. Des gravures sur pierre remontant à plus de 8.000 ans ont été saccagées par des salafistes dans les montagnes du Haut-Atlas, situé dans le sud du Maroc, rapporte le site marocain Yabiladi.

«Ces gravures sur pierre représentant le soleil (…) ont été détruites il y a quelques jours par des salafistes», a indiqué le 16 octobre Aboubakr Anghir, responsable de la Ligue amazighe des droits de l'Homme [LADH], au journal marocain As-Sabah.

Cependant Rabat dément ses affirmations:

«Des sources gouvernementales ont qualifié de 'sans fondement' l'information (...) au sujet de la destruction par des salafistes de gravures sur pierre datant de l'ère préhistorique dans la région du Haut-Atlas», selon l'Agence de presse marocaine (MAP), rapporte la RTBF

«L'une des gravures est appelée "la plaque du soleil" et elle est antérieure à la présence des Phéniciens au Maroc. Elle se trouve sur un site archéologique connu, dans la plaine de Yakou près de Marrakech, à 20 km du Toubkal, le sommet le plus élevé du royaume», a-t-il poursuivi.

Pour les membres de la Ligue, il s'agit d’une «affaire très sérieuse», considérant que l’acte perpétré par ces salafistes est une «tentative de sabotage» dont ils craignent la répétition. 

Surtout que certains mouvements fondamentalistes considèrent la représentation du soleil comme étant celle d'une divinité et donc, une idolâtrie, totalement contraire à l’unicité de Dieu.

«Il y a quelques groupuscules salafistes dans cette région et ce n'est pas la première fois que des sites anté-islamiques sont attaqués. Nous avons envoyé un courrier au ministère de la Culture, mais sans réponse pour l'heure», a précisé Aboubakr Anghir.

Les Amazighs pourraient mal prendre le fait qu’aucune réaction ne suive leur requête, note Yabiladi. D’autant que le gouvernement marocain avait rapidement alerter la communauté internationale après la destruction des mausolées au Mali, en juillet dernier, toujours selon la même source. 

Lu sur Yabiladi 

A lire aussi

Comment des salafistes peuvent-ils détruire des mosquées?

Mali: le saccage de Tombouctou, un bras d'honneur paradoxal à l'Occident

A Tombouctou, c'est la culture africaine que l'on assassine