SlateAfrique

mis à jour le

Les Marocains bousculent l'échiquier politique belge

Comment les Marocains sont-ils représentés en Belgique?

C’est la question à laquelle s’est intéressée le site Yabiladi, qui a profité des élections municipales et provinciales qui se sont déroulées dans le pays le 14 octobre pour observer les évolutions de la communauté marocaine en Belgique.

D’après le site, les Belges d’origine marocaine ont de quoi être satisfaits: sur les 589 communes que comptent la Flandre (de langue flamande) et la Wallonie (francophone), près de 130 candidats Belgo-Marocains ont été élus pour siéger dans les différents conseils communaux, comme l'a rapporté le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME).

Si ces élections très attendues ont été marquées par une poussée importante des partis nationalistes flamands, elles ont donc aussi vu progresser le nombre d’élus issus de l’immigration marocaine en Wallonie et à Bruxelles.

Ainsi, dans la ville royale, quelques 15 élus d’origine marocaine seront amenés à siéger au conseil municipal durant les six prochaines années. En Wallonie aussi, ou le Parti socialiste a été majoritaire, le site Yabiladi observe «leur émergence sur la scène politique belge».

A l’inverse, en Flandre, où les scores de l’alliance nationaliste (NVA) ont décollé, «le nombre d’élu(e)s d’origine marocaine est trop faible par rapport au sud du pays, tout comme en communauté germanophone», a estimé le CCME.

Les résultats régionaux ont donc influé sur le nombre d’élus d’origine marocaine, a commenté Yabiladi, qui exprime tout de même à travers le CCME des doutes quant à l’avenir des politiciens d’origine marocaine, y compris en Wallonie.

«Les  chances d’avoir un bourgmestre (maire) d’origine marocaine sont encore trop maigres, voire nulles», a indiqué le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger.

Durant la campagne, le jeune Hicham Imane (Parti socialiste) avait fait grand bruit lorsqu’il avait créé un site Web intitulé nepasvoterpourunarabe.be, dans lequel il déconstruisait avec humour tous les préjugés envers les marocains.

A croire que cela a pu servir, du moins en partie, a conclu Yabiladi.

Lu sur Yabiladi

 

A lire aussi

Au cœur du tribunal juif de Casablanca

Comment le Maroc est devenu le royaume du cannabis

François Hollande peut-il tout dire sur le Maroc?

Tribune: Pourquoi le «bateau de l'avortement» n'a pas sa place au Maroc