SlateAfrique

mis à jour le

Mauritanie - Comment un garde militaire a tiré sur le président

Assis dans le cortège présidentiel, le chef de l’Etat de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu une balle dans l’estomac, le 13 octobre dans la capitale Nouakchott.

Le tir vient de sa propre armée et serait d’origine accidentelle, rapporte le Guardian de Londres.

Le président a passé 8heures à l’hôpital militaire de Nouakchott où il a été opéré par deux différents médecins. Il a ensuite été envoyé à Paris à l’hôpital militaire de Percy-Clamart.

L’accident s’est déroulé à un point de contrôle: alors que Mohamed Ould Abdel Aziz rentrait d’un voyage, un garde militaire a cru à une menace de la sécurité et a tiré.

Il faut rappeler que la Mauritanie est affectée par la crise grave chez son voisin malien. Mais les autorités mauritaniennes insistent que l’incident, qui a eu lieu à 40 kms de la capitale, était involontaire.

«Je veux vous calmer tous, je veux rassurer tout le monde de mon bien être, cet incident qui a été fait par erreur», a déclaré depuis l’hôpital Mohamed Ould Abdel Aziz sur la télé nationale avant de partir en France.

Pour le ministre de l’Information, Hadi ould el-Mahjoub, les blessures que le président a subies ne mettent pas sa vie en danger.

«Il était légèrement blessé. Il a pu descendre de la voiture et marcher à son arrivé à l’hôpital sans aide».

«Beaucoup de questions se posent. Les services de sécurité demandent pourquoi les soldats aux postes de contrôle n’étaient pas au courant du passage du convoi présidentiel. Le président est toujours fortement protégé et sa sécurité est excellente», note une haute autorité militaire.

Les responsables ne disent rien en ce qui concerne les soldats qui étaient en poste ou si quelqu’un d’autre dans le convoi a été blessé.

Lu sur The Guardian

A lire aussi

Mauritanie: Aqmi, une menace directe pour la France

Le Mali et la Mauritanie s'associent contre les terroristes d'Aqmi

Retrouvez aussi notre dossier Mali: Un pays coupé en deux