mis à jour le

Visite de François Hollande sur l'île de Gorée, Sénégal, 12 octobre 2012.  REUTERS/Philippe Wojazer
Visite de François Hollande sur l'île de Gorée, Sénégal, 12 octobre 2012. REUTERS/Philippe Wojazer

Sénégal: Hollande remporte son pari à Dakar

La visite du président François Hollande à Dakar a été largement commentée par la presse sénégalaise. Son discours a été globalement bien apprécié au Sénégal, où Nicolas Sarkozy avait tenu en 2007 des propos blessants.

A Dakar, François Hollande a tenu son discours de Dakar. Un discours très attendu par  la communauté internationale et le Sénégal, où cinq ans auparavant son prédécesseur avait prononcé des mots qui avaient heurté l’Afrique et la communauté internationale.

Devant, la Chambre Haute du Sénégal, le président français a tenté de réparer l’ineptie du 26 juillet 2007 de son prédécesseur. En dépit du caractère «juste et sincère» des propos du chef d’Etat français, le discours de Nicolas Sarkozy, reste encore frais dans les esprits.

Le discours du changement

«Hollande corrige la copie de Sarkozy et enterre la Francafrique», relève la Une du journal Walfadjiri qui explique que pour sa première visite officielle à Dakar, François Hollande assure que les accords de défense liant la France et le Sénégal, ne «contiendront plus de cause secrètes». Sud Quotidien s'enflamme, et signe à la première page du journal «Hollande brûle la Françafrique». Le journal globalement satisfait de ce discours écrit dans ses colonnes que: «C’est en partenaire que le président français François Hollande a traité les Africains dans discours d’hier (ndlr : le 12 octobre), face aux députés sénégalais», que la «Francafrique est morte de sa belle mort».

Au contraire du discours «révisionniste et négationniste» de Nicolas Sarkozy qui déclarait que «le drame de l’homme africain, est qu’il n’est pas assez entré dans l’histoire», le quotidien Enquête juge que celui de François Hollande a été «réaliste, un brin flamboyant, parois flatteur, à défaut d’être porteur d’une grande rupture».

Veni, vidi, vici, pourrait-on s'exclamer. Le Chef de l’Etat français a visiblement séduit la presse sénégalaise. Le Quotidien évoque pour sa part, du «fromage hollandais» et constate que le « président français est venu, a parlé et a séduit». Selon le journal, François Hollande s’est bien gardé de vouloir «imposer un exemple» ou de «délivrer des leçons de morale». Même si «l’ombre de Nicolas Sarkozy a plané, en reconnaissant la part de l’Afrique dans l’histoire du monde, François Hollande efface en même temps le discours méprisant de Nicolas Sarkozy en 2007», commente le journal, qui se dit tout de même sceptique quant à l’avenir de la Francafrique.

Vous avez dit mort de la Francafrique?

«François Hollande devra commander des serrures très spéciales pour que les portes de l’Elysée et des ministères soient closes, à la race d’affairistes, de gourous de la communication et porteurs de mallettes à le peau dure», qui circulent entre Paris et les capitales africaines, souligne le Quotidien.

Au-delà des mots, le Sénégal et la communauté internationale «attend les actes pour que le discours de Dakar 2012 ne soit pas seulement des vœux pieux», signale le journal. Dans la même veine, l’Office pense que le discours de Dakar de Hollande «reste encore aux bonnes intentions». Ni plus ni moins. Le journal pense que seul «le temps pourra lui donner de la consistance», et n’en n’espère pas moins.

Si pour beaucoup ce discours revêt un caractère prometteur dans la nouvelle géopolitique des relations entre la France et l’Afrique, d’autres reviennent sur le caractère méprisant de ce discours.

La sucette de Hollande aux Africains

Dans une  contribution parue dans la presse de 13 octobre, Momar Mbaye revient sur le côté absurde des Africains, qui s’inclinent «comme des enfants devant papa Hollande». «Africains, ces grands enfants!», titre le blogueur, qui pense que les Africains n’ont pas besoin de Hollande pour savoir que «l’Afrique est le berceau de l’humanité» ou pis qu’il est «le continent de l’avenir». Et pourtant, note t-il:

«On se réjouit d’être les premiers à recevoir en terre africaine, Papa Hollande tout en sourire, fraîchement débarqué du ciel hexagonal, avec dans les mains des friandises par milliers, non sans repartir avec les requêtes des grands comme des petits, un cahier de doléances: visas pour les uns, appuis budgétaires ou contrats pour les autres, tout y passe. François Hollande à Dakar, et l’Afrique s’arrête de respirer, comme dans les rues de la capitale où certains axes routiers sont interdits à la circulation, empêchant populations et riverains de vaquer à leurs occupations», critique –t-il.

Faisant référence au grand toilettage de la capitale sénégalaise, le jeune blogueur ne manque pas de critiquer l’hypocrisie des autorités. A l’en croire ce beau discours n’a été qu’une grande comédie.

«Il faut que l’Afrique cesse d’être le lieu de tournage du grand théâtre de l’Occident, une tribune ouverte à des politiques parfois en manque de popularité ou en quête de reconnaissance, prêts à jouer les humanistes et redorer leur image auprès des leurs, afin de gagner quelques points dans les sondages, ce, au travers de discours fleuve noyés dans des généralités, une manière à eux de soigner leur stature à l’international», relève-t-il.

Car, avance t-il à l’heure ou le président français parle d’équité, «on imagine mal Macky Sall, en sa qualité de président de la République du Sénégal, centraliser l’attention du Palais Bourbon ou encore du Parlement européen comme l’a fait Hollande ce 12 septembre devant les députés sénégalais à Dakar».

Lala Ndiaye

A lire aussi

Direct - François Hollande: «Le temps de la Françafrique est révolu!

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Macky Sall est-il le François Hollande sénégalais?

Lettre de Dakar à Monsieur le ministre français de l'Intérieur

Lala Ndiaye

Lala Ndiaye. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Karim Wade est-il un homme «persécuté»?  Dakar dans la hantise d’un péril islamiste  Apocalypse now! Vous voulez rire?! 

bien mal acquis

Economie

Il y a encore pire que la corruption

Il y a encore pire que la corruption

Revers

Biens mal acquis: Teodoro Obiang se prend une belle gifle à Paris

Biens mal acquis: Teodoro Obiang se prend une belle gifle à Paris

Bien mal acquis

Karim Wade est-il un homme «persécuté»?

Karim Wade est-il un homme «persécuté»?

colonisation

AFP

Marine Le Pen: "La colonisation a beaucoup apporté, notamment

Marine Le Pen: "La colonisation a beaucoup apporté, notamment

AFP

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

En Afrique du Sud, scandale autour de tweets sur la colonisation

Algérie

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité

discours de Dakar

Afrique-France

Hollande n'a pas tué la Françafrique

Hollande n'a pas tué la Françafrique

Vu de Dakar

Hollande et ses cadeaux empoisonnés à l'Afrique

Hollande et ses cadeaux empoisonnés à l'Afrique

Direct

«Le temps de la Françafrique est révolu!»

«Le temps de la Françafrique est révolu!»