mis à jour le

Vendeurs ambulants chassés par la police à Alger. Louafi Larbi/ Reuters
Vendeurs ambulants chassés par la police à Alger. Louafi Larbi/ Reuters

L'Algérie a vraiment peur de ses jeunes

Confrontés au chômage, à la crise du logement, à l’absence de loisirs, les jeunes représentent 70% de la population. L’Etat annonce la création de foyers pour les prendre en charge.

Les jeunes représentent 70% de la population algérienne. Ils font face au chômage, à la crise du logement, à l’absence de loisirs et de perspectives.

Et si on les parquait dans des foyers, comme des vieux?

C’est justement ce que veulent faire les vieux qui dirigent l’Algérie des jeunes qui explosent les statistiques de recensement de la population.

Comme toujours, les gérontes algériens multiplient les déclarations ou ordonnent à leurs hommes d’en faire pour faire croire qu’ils font des choses ou qu’ils ont l’intention d’en faire pendant que rien ne se fait. Dernière sortie en date, l’annonce d’une création de foyers de jeunes pour régler le problème de la jeunesse algérienne.

«L’une des priorités du département de la Jeunesse est de parvenir à la mise en place, le plus tôt possible, de foyers de jeunes au niveau des zones où le mouvement associatif est présent, afin de permettre à ce dernier de jouer pleinement son rôle dans la dynamique de développement que connaît notre pays», expliquait, le 11 octobre, Belkacem Mellah, secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, installé tout récemment.

Les jeunes vieillissent prématurément

Ces foyers de jeunes, précisait-il, servirait «à créer des canaux de communication entre cette catégorie et les différents démembrements de l’Etat, favorisant ainsi l’émergence de nouvelles relations entre ces deux parties et le rétablissement d’une confiance mutuelle, profitable à tous». On en saura pas plus.

Mais M. Belkacem a apparemment besoin de rassembler des jeunes dans des foyers pour qu’ils lui expliquent le désespoir qui les poussent à la mer, au désœuvrement et/ou à l’illégalité. Une lecture des rapports de police n’aurait-elle pas suffit? Au pire, quelques compte rendus de presse?

L’Algérie ne sait pas quoi faire de ses jeunes. Nous sommes beaucoup trop nombreux. 70% de la population algérienne, à errer de trottoirs en trottoirs, de page web en page web, de rêves en désillusions. Le fait d’être aussi nombreux à être jeunes, dans un pays lui-même tout jeune, n‘empêche pas la minorité gouvernante, très vieille, de n’en faire qu‘à sa tête en ignorant sournoisement la réalité. Toutes les formes d’incompétences s’alternent au sommet de l’Etat depuis 50 ans en s’appuyant sur la légitimité historique de l’indépendance pour régner pendant que les jeunes vieillissent prématurément.

Chômage endémique. Absence de loisirs, de perspectives et de moyens. Crise identitaire, crise du logement et de confiance. Les jeunes algériens ont beaucoup de peines sur le coeur mais ont surtout soif de libertés, de rêves, d’amour, d’argent et de pouvoir. A la place, ils n’ont que leur sens de l’humour légendaire, leur agressivité spasmodique et le vide capiteux dont-ils s’enivrent par défaut.

L'Algérontocratie ne sait plus quoi faire

Il y a aussi le sens de la débrouillardise et de la révolte spontanée. Créer des parkings sauvages, s’improviser vendeurs ambulants avec si peu de moyens, et faire quelques émeutes de temps en temps, histoire de tromper l’ennui et de décompresser un peu, ils savent faire.

Mais dans la jeunesse algérienne, il y a deux catégories (il y en a bien plus en réalité mais qui pourrait les dénombrer?). Usons de quelques raccourcis simplificateurs pour y voir un peu plus clair.

La première catégorie étudie, travaille, réussit plus ou moins à avoir le SMIG national (18.000 dinars, 130 euros) et plus par mois, c‘est la jeunesse active, battante et positive.

La seconde ne fait pas d’études, n’a pas d’emploi stable et est considérée comme un déchet de la société, c‘est la jeunesse perdue, beaucoup plus nombreuse. Celle-là peut gagner de la moitié du SMIG par an au triple du SMIG par jour, c’est selon. La délinquance paye bien parfois.

Un point commun pour tous les jeunes algériens, la rage, la force du désespoir, l’amour de la vie quitte à en mourir. Effrayante énergie qui a fait plus de 5.000 mouvements de protestation dans la rue depuis le début de l‘année, dont 3.000 émeutes sévèrement réprimées par la police, des centaines de harragas et des dizaines d‘immolés.

L’Algérontocratie, ne sait donc plus quoi faire de ces millions de jeunes, si ce n‘est leur ouvrir des foyers qui ne servent à rien pour leur faire croire qu’eux peuvent servir à quelque chose un jour. Le pire, c’est que les jeunes non plus ne savent plus quoi faire de cette Algérie détournée par quelques vieux insolemment accrochés au pouvoir. Une seule chose est sûre, le foyer de l’incendie à venir a bien été identifié.

Fella Bouredji

A lire aussi

En Algérie, la chasse au commerce informel a commencé

Quelle langue parlent les Algériens?

Pourquoi les chauffeurs de taxi ne supportent plus les vétérans

Algérie: pendant les révolutions, la jeunesse respire

Le Blog Paroles d'Algériens

Fella Bouredji

Critique littéraire et journaliste au quotidien algérien El Watan

Ses derniers articles: Ce que les jeunes Algériens disent de Bouteflika  Femmes dans les médias maghrébins: face au diktat des hommes  Algérie: non jeûneurs contre islamistes 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

chômage des jeunes

Révolutions

Avoir 20 ans en Tunisie

Avoir 20 ans en Tunisie

côte d'ivoire

Les jeunes ivoiriens, prisonniers du désespoir et de la violence

Les jeunes ivoiriens, prisonniers du désespoir et de la violence

Tunisie

Voyage au bout de la misère prospère

Voyage au bout de la misère prospère

harragas

Hajer Araissia

Lampedusa: comment les harragas sont filmés par la télévision tunisienne

Lampedusa: comment les harragas sont filmés par la télévision tunisienne

Désespoir

Irréductibles harragas

Irréductibles harragas

LNT

Présides : Les harragas multiplient les assauts avant l’hiver

Présides : Les harragas multiplient les assauts avant l’hiver