mis à jour le

Présidentielle au Malawi: un deuxième opposant demande l'annulation du scrutin

Un deuxième candidat malheureux à la présidentielle au Malawi, l'ancien vice-président Saulos Chilima, arrivé troisième de l'élection, a saisi la justice pour obtenir l'annulation du scrutin remporté par le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika, a annoncé samedi son parti. 

"Nous contestons les résultats de la présidentielle" du 21 mai, a déclaré à l'AFP Joseph Chidanti Malunga, porte-parole du Mouvement uni pour la transformation (UTM) de Saulos Chilima.

"Basé sur les irrégularités que nous avons présentées (à la justice), nous voulons que la justice annule les résultats de la présidentielle", a-t-il ajouté.

Selon les résultats de la commission électorale, Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, a été réélu avec 38,57% des suffrages, devant son principal rival Lazarus Chakwera (35,41% des voix) et Saulos Chilima (20,24%).

Lazarus Chakwera a aussi saisi la justice vendredi pour obtenir l'annulation d'une élection aux résultats selon lui "frauduleux".

Avant l'annonce lundi des résultats, Saulos Chilima, vice-président de Peter Mutharika pendant son premier mandat (2014-2019), avait dénoncé des fraudes.

De "sérieuses anomalies (...) compromettent de façon significative la crédibilité et l'intégrité du scrutin", avait-il déclaré. "Il ne faut pas laisser les fraudeurs continuer à tenir ce pays en otage", avait-il ajouté.

Saulos Chilima a quitté en 2018 le Parti démocratique progressiste (DPP) de Peter Mutharika pour se lancer dans la course à la présidentielle, mais il a conservé son poste de vice-président jusqu'à l'élection.

Le chef des observateurs de l'Union européenne (UE), Mark Stephens, a "reconnu" vendredi que "beaucoup d'erreurs avaient été commises pendant le décompte" des voix. "Nous essayons d'obtenir autant d'informations que possible pour essayer de comprendre ce qui s'est passé", a-t-il déclaré à l'AFP.

Peter Mutharika, 78 ans, a prêté serment mardi et appelé les perdants à "accepter" les résultats.

AFP

Ses derniers articles: Calme  De hauts responsables maliens accusés d'obstruction du processus de paix par des experts de l'ONU  Coronavirus en Afrique du Sud: pour les Xhosa, l'âge adulte attendra 

opposant

AFP

Cameroun: la communauté internationale "bienvenue" pour régler la crise, affirme un opposant

Cameroun: la communauté internationale "bienvenue" pour régler la crise, affirme un opposant

AFP

Présidentielle au Togo: un opposant dénonce des "fraudes" et "irrégularités"

Présidentielle au Togo: un opposant dénonce des "fraudes" et "irrégularités"

AFP

Présidentielle au Togo: le domicile d'un opposant encerclé pendant quelques heures

Présidentielle au Togo: le domicile d'un opposant encerclé pendant quelques heures

présidentielle

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: au moins 4 morts dans des violences

Présidentielle en Côte d'Ivoire: au moins 4 morts dans des violences

AFP

Guinée: élection présidentielle le 18 octobre

Guinée: élection présidentielle le 18 octobre

AFP

Au Niger, triple front sécuritaire

Au Niger, triple front sécuritaire

scrutin

AFP

Au Malawi, le parti au pouvoir pousse pour un nouveau scrutin présidentiel

Au Malawi, le parti au pouvoir pousse pour un nouveau scrutin présidentiel

AFP

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

AFP

Présidentielle au Togo: le domicile d'un candidat de l'opposition encerclé après la tenue du scrutin

Présidentielle au Togo: le domicile d'un candidat de l'opposition encerclé après la tenue du scrutin