SlateAfrique

mis à jour le

RDC - La ministre française de la Francophonie vole en jet privé

C’est un vol qui coûte cher... très cher. Pour se rendre au sommet de la Francophonie du 12 au 14 octobre à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC), Yamina Benguigi a emprunté un Falcon 900, (où plutôt un Falcon 2.000, selon le quotidien français Le Figaro) coûtant la modique somme de 140.000 euros le 9 octobre, épingle l’hebdomadaire français Le Canard enchaîné.

«Les consignes étaient d'utiliser un avion de ligne. Elle est passée outre», s'indigne dans le Canard enchaîné un argentier de l'Elysée après avoir découvert la manœuvre au début de cette semaine, repris par le quotidien français Le Parisien.

«Yamina Benguigui a (...) demandé à bénéficier de l'utilisation de ce Falcon 900 afin de se rendre au Nord-Kivu, après le sommet de la Francophonie», selon le site LeLab

Dans cette région de l'est de la RDC, la ministre aurait prévu de visiter un camp de réfugiés «pour y apporter une aide de deux millions d'euros». S'adressant à la presse il y a quelques jours, elle avait évoqué un «conflit oublié, sans visage» et insisté sur les violences faites aux femmes.

«Il y a des femmes violées, mutilées, tuées. Des femmes échangées, troquées, qui font l'objet des pires transactions», avait-elle dénoncé.

Le gouvernement français a pris la défense de la ministre. Interrogée sur la chaîne française i>TELE, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a estimé que Yamina Benguigui avait été obligée de prendre un Falcon pour se rendre à Kinshasa, au sommet de la Francophonie, prévu de longue date.

Pour ce déplacement en Falcon, l'entourage du chef du gouvernement français Jean-Marc Ayrault avance un coût de 88.000 euros inférieur aux 140.000 euros évoqués dans le Canard enchaîné, rapporte Le Figaro.

Par ailleurs, toujours selon la même source, Matignon affirme que l'Élysée avait été informé du mode de déplacement de la ministre.

 «Le déplacement de Yamina Benguigui a bien été validé par le chef de cabinet du Premier ministre, comme c'est le cas pour tous les déplacements, explique le conseiller de Matignon. Mais, comme cela concerne un voyage à l'étranger auquel participe aussi le président, l'Élysée était informé et a donné son accord».

Interrogé sur ce dernier point, l'entourage du président de la République dément.

«Nous n'étions pas du tout dans la boucle puisque tous les déplacements des ministres sont gérés par Matignon» affirme un conseiller Elysée, cité par LeLab.

Yamina Benguigui est abonnée aux petites polémiques. En août dernier, la ministre avait exigé que l’ambassade de France mette un coiffeur à sa disposition, durant les quatre jours de sa visite à Kinshasa. Ce que la ministre a vivement démenti. 

Lu sur Le Parisien, Le Figaro, Le Lab

A lire aussi

A Kinshasa, Hollande va-t-il tuer la Françafrique

L'Afrique (re)devient une priorité française

François Hollande dans le marigot africain

L'Afrique francophone doit-elle tourner le dos à la France?

La Françafrique n'est pas morte