mis à jour le

Grève au Soudan: des centaines d'employés manifestent pour faire pression sur l'armée

Des centaines d'employés des transports, de banques, d'entreprises et de ministères soudanais ont manifesté mercredi pour la deuxième journée de grève à l'appel des meneurs de la contestation pour faire pression sur l'armée, qui refuse de transférer le pouvoir aux civils.

Face à l'impasse des négociations avec les généraux qui ont pris le pouvoir après avoir écarté le président Omar el-Béchir le 11 avril, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, a appelé à une "grève générale" de deux jours mardi 28 et mercredi 29 mai. 

Des milliers d'employés d'institutions gouvernementales, de banques, d'entreprises du secteur privé ou encore des terminaux portuaires de Port-Soudan (est), pôle économique vital du pays, ont rejoint la grève, affirmant que seul un gouvernement civil pourrait sortir le pays de la crise politique. 

Des centaines de grévistes de différentes entreprises ont manifesté devant le siège de la Banque centrale dans le quartier des affaires de Khartoum, qui a été pris d'assaut mardi par des "forces armées", selon le mouvement de contestation.

"Nous sommes venus pour dire que nous refusons le gouvernement des militaires et pour dénoncer ce qu'il s'est passé hier", explique Somaya Ossman, employée d'une société de télécoms.

"C'est inacceptable, la Constitution nous donne le droit de grève. C'est pour cela que nous voulons un gouvernement civil", ajoute-t-elle avant de crier avec la foule les slogans du soulèvement.

"Liberté, paix, justice! Le pouvoir civil est le choix du peuple!", scandent les manifestants en brandissant des drapeaux soudanais et des pancartes en faveur de la grève devant un pick-up de l'armée stationné à l'entrée de l'établissement.

- Voyageurs et journaux bloqués -

Mercredi matin, l'aéroport de la capitale a commencé à reprendre ses activités malgré le maintien de la suspension des vols des compagnies soudanaises Badr, Tarco et Nova. La veille, de nombreux employés avaient marqué un arrêt de travail.

Au principal terminal de bus de la ville, nombre de voyageurs coincés tentent mercredi de trouver un moyen de transport privé pour rejoindre leur destination, les employés des compagnies de bus ayant décidé de maintenir leur grève.

"C'est la deuxième fois en deux jours que je viens au terminal avec ma famille", se désespère Mohamed al-Amin, qui souhaite se rendre dans l'Etat du Kassala (est). "J'essaye de louer une voiture avec d'autres passagers."

Plusieurs journaux n'ont pour leur part pas pu imprimer leur édition. "Mon journal ne fait pas grève mais nous ne pouvons pas l'imprimer car les techniciens" la font, a écrit sur son compte Twitter Al-Hindi Ezzeddine, propriétaire du journal Al-Mjhar. 

Peu avant le début de la grève, les dirigeants du mouvement de contestation avaient indiqué que des médecins, des avocats, des procureurs mais aussi des employés des compagnies nationales d'électricité, de distribution de l'eau, de télécommunication ainsi que de l'aviation civile et des transports publics y participeraient.

- "Sensibiliser les citoyens" -

Les manifestants, rassemblés depuis le 6 avril devant le siège de l'armée, demandent désormais un pouvoir civil pour remplacer les généraux. 

La détermination du mouvement de contestation, déclenché le 19 décembre par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, n'empêche pas les généraux de résister aux appels de la communauté internationale à transférer le pouvoir aux civils.

Les négociations sur la composition d'un futur Conseil souverain qui doit gérer une période de transition de trois ans ont achoppé sur la répartition des sièges entre militaires et civils et sont à l'arrêt depuis plus d'une semaine. 

Chaque camp réclame la direction du Conseil. Les militaires invoquent des raisons de sécurité pour garder la main sur la transition tandis que la contestation insiste pour que cette instance soit dirigée par un civil. 

Les manifestants, eux, ne font pas confiance à l'armée pour mener les réformes nécessaires dans ce pays en plein marasme économique, régulièrement confronté à des pénuries de biens et de devises étrangères.

Dans une tente au bord d'une route à Khartoum, des jeunes sont venus faire la promotion du mouvement de contestation. "Nous essayons de sensibiliser les citoyens sur la grève et la désobéissance civile", explique Rehab el-Rachid, ingénieure fraîchement diplômée.  

"Nous respectons l'armée dans sa mission de protection du pays et elle a toute sa place dans le gouvernement", précise la jeune fille. Mais "le pouvoir civil est le moyen d'offrir aux citoyens l'éducation, la santé. Le Soudan a des ressources dont on pourrait enfin bénéficier", ajoute-t-elle.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: l'ex-président Jammeh accusé d'avoir fait tuer des migrants ghanéens  Soudan: des centaines d'étudiants réclament justice pour leurs camarades tués  Nigeria: manifestation de la minorité chiite dispersée 

grève

AFP

CAN-2019: courte grève des joueurs nigérians pour obtenir leurs bonus

CAN-2019: courte grève des joueurs nigérians pour obtenir leurs bonus

AFP

Au Soudan, une jeunesse en grève "pour un pouvoir civil"

Au Soudan, une jeunesse en grève "pour un pouvoir civil"

AFP

Soudan: grève générale pour faire pression sur les militaires au pouvoir

Soudan: grève générale pour faire pression sur les militaires au pouvoir

l'armée

AFP

Afrique du Sud: pour lutter contre les gangs, l'armée se déploie au Cap

Afrique du Sud: pour lutter contre les gangs, l'armée se déploie au Cap

AFP

Les missiles de l'armée française n'étaient "pas entre des mains libyennes", assure Paris

Les missiles de l'armée française n'étaient "pas entre des mains libyennes", assure Paris

AFP

Missiles de l'armée française en Libye: Tripoli réclame des explications "urgentes"

Missiles de l'armée française en Libye: Tripoli réclame des explications "urgentes"