SlateAfrique

mis à jour le

L'abolition de la peine de mort à l'ordre du jour au Maroc

Le Maroc a célébré le 10 octobre les neuf ans de la journée mondiale contre la peine de mort, rapporte le site marocain Yabiladi. Même si les exécutions ne se font plus depuis près de vingt ans, des peines capitales sont toujours prononcées par la justice.

La Coalition marocaine contre la peine de mort (CMCPM) a cependant appelé le Maroc à «montrer l’exemple» en devenant le premier pays arabe à l’abolir, souligne Yabiladi.

Depuis 2003, les membres de cette coalition, qui regroupe onze associations, demandent à ce que l’abolition de la peine capitale soit adoptée au plus vite conformément à la nouvelle Constitution qui consacre le «droit à la vie».

«La peine de mort est un permis de tuer, une loi qui appartient à des temps révolus», estime l’écrivain Abdellatif Laâbi, membre de la CMCPM.

Selon lui, son abolition «montrera le visage civilisé de la société et sa capacité à être moralement supérieure à l'auteur du crime. La peine de mort, dans le cas du Maroc, a été appliquée en particulier à l'encontre des opposants politiques (...) et le fait de maintenir ce châtiment montre que ce passé douloureux est toujours présent».

La peine capitale n’a plus été exécutée depuis 1993, en raison d’un moratoire, rappelle le site marocain Aswat radio. Mais c’est une centaine de condamnés à mort qui attendent depuis cette date leur exécution, souligne le Maghreb Emergent.

57 pays tels que le Zimbabwe, la Somalie, l’Ouganda, le Nigéria, les Etats-Unis, le Japon ou encore le Yémen pratiquent toujours la peine de mort.

Lu sur Yabiladi, Aswat radio, Maghreb Emergent

A lire aussi

Sénégal-Gambie: Pourquoi tant de haine?

Le nettoyage macabre de Yahya Jammeh

La justice tunisienne n'a plus rien de juste