mis à jour le

Tunisie: un magnat des médias candidat

Le fondateur de la chaîne de télévision privée Nessma, Nabil Karoui, a annoncé sa candidature à la présidentielle tunisienne de novembre, lors d'une interview en direct sur ce média, vantant son action caritative dans les régions marginalisées du pays.

M. Karoui avait été très actif dans la campagne de 2014 du président actuel Béji Caïd Essebsi, 92 ans et qui a indiqué ne pas souhaiter se représenter.

Personnalité controversée, M. Karoui, un quinquagénaire, est accusé par le régulateur des médias tunisien et certains hommes politiques de se servir de Nessma TV pour nourrir des ambitions politiques.

Après s'être éloigné du parti présidentiel Nidaa Tounès, il s'est lancé ces trois dernières années dans des campagnes de charité à grand renfort de publicité, distribuant nourriture, habits et électroménager sous l'oeil des caméras.

"J'ai été à la rencontre de ces gens, j'ai été les aider, quartier par quartier", a-t-il déclaré lundi soir, faisant allusion à l'émission caritative Khalil Tounès, lancée en hommage à son fils décédé dans un accident de voiture en 2016.

"J'ai vu la difficulté dans laquelle vivent ces gens, alors qu'on ne les entend pas, (....) on ne se rappelle d'eux que lorsqu'il y a une élection", a-t-il poursuivi, prônant comme programme de "mettre fin à la pauvreté".

Il a précisé avoir constitué un groupe d'experts pour présenter un programme et des listes lors des législatives du 6 octobre, qui précèderont la présidentielle.

Lancée en 2007, la chaîne satellitaire Nessma TV compte dans son capital le groupe italien Mediaset de Silvio Berlusconi. Elle est devenue l'une des principales chaînes privées du pays, bien qu'elle émette sans licence, et programme depuis 2011 des débats politiques.

La diffusion fin 2011 du film franco-iranien "Persepolis" sur Nessma TV avait fait polémique en raison d'une représentation de Dieu dans une scène. Elle avait valu une amende de 1.200 euros à M. Karoui, accusé de "trouble à l'ordre public" et "atteinte aux bonnes moeurs". Des extrémistes avaient tenté d'attaquer son domicile.

En 2017, la fuite d'un enregistrement attribué à M. Karoui, dans lequel il planifiait une campagne de dénigrement contre une ONG anticorruption qui l'avait accusé de fraude fiscale, avait par ailleurs fait scandale.

En juin dernier, la haute autorité de contrôle de l'audiovisuel, la Haica, avait accusé la direction de Nessma de "se positionner afin d'influencer les organes de l'Etat".

La Haica a fait saisir fin avril les équipements de Nessma TV, malgré les protestations de ses journalistes. La chaîne a ensuite repris sa diffusion. 

Tout en déplorant "la fermeture de toute institution médiatique", le syndicat des journalistes avait souligné que M. Karoui n'avait "fait aucun pas pour régler la situation de cette chaîne" qui a "commis de graves violations".

Aucun des principaux partis du pays n'a encore annoncé de candidat pour la présidentielle du 17 novembre. 

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie tourne la page Ben Ali  Manifestations anti-Sissi en Egypte, plusieurs arrestations  Le prince Harry en voyage officiel en famille en Afrique australe la semaine prochaine 

candidat

AFP

Les observateurs européens appellent Tunis

Les observateurs européens appellent Tunis

AFP

Tunisie: la campagne fantôme du candidat Karoui, derrière les barreaux

Tunisie: la campagne fantôme du candidat Karoui, derrière les barreaux

AFP

Tunisie: Zbidi, technocrate candidat

Tunisie: Zbidi, technocrate candidat

médias

AFP

Tunisie: Nabil Karoui, figure controversée des médias

Tunisie: Nabil Karoui, figure controversée des médias

AFP

RDC: pas de bulletin sur Ebola mardi, des médias inquiets

RDC: pas de bulletin sur Ebola mardi, des médias inquiets

AFP

Les femmes très peu visibles dans les médias d'Afrique francophone

Les femmes très peu visibles dans les médias d'Afrique francophone

présidentielle

AFP

Tunisie: le parti islamiste Ennahdha va soutenir Kais Saied

Tunisie: le parti islamiste Ennahdha va soutenir Kais Saied

AFP

Algérie: les étudiants toujours dans la rue après l'annonce d'une présidentielle

Algérie: les étudiants toujours dans la rue après l'annonce d'une présidentielle

AFP

Présidentielle en Tunisie: le face-

Présidentielle en Tunisie: le face-