mis à jour le

Zimbabwe: Chamisa confirmé

Le principal parti d'opposition du Zimbabwe, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a reconduit dimanche à sa tête l'avocat Nelson Chamisa lors de son premier congrès depuis la mort de son fondateur, Morgan Tsvangirai.

Candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2018, M. Chamisa, un avocat ambitieux de 41 ans, dirigeait de fait le parti depuis la mort de M. Tsvangirai il y a un an mais n'avait pas été formellement élu par ses membres.

Seul candidat en lice, son élection n'a été qu'une formalité.

"Les jeunes prennent la direction de l'Afrique", a déclaré M. Chamisa, 40 ans, devant les cadres du MDC réunis à Gweru (sud). "Le changement est en marche non seulement au Zimbabwe mais partout en Afrique, j'en suis désolé pour (le président Emmerson) Mnangagwa".

Candidat du MDC à la présidentielle de juillet 2018, il a été devancé par le président sortant et candidat du parti au pouvoir (la Zanu-PF). Arguant de fraudes massives, Nelson Chamisa refuse depuis de reconnaître sa victoire.

"La Zanu-PF est là depuis longtemps mais nous voulons lui donner une leçon", a lancé lundi Nelson Chamisa à ses troupes.

"Notre programme est simple, c'est le changement", a-t-il poursuivi, "nous voulons construire une nation parce que nous n'avons pour l'heure qu'un pays".

Au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, la Zanu-PF - conduite par Robert Mugabe jusqu'à sa démission après un coup de force militaire fin 2017 - dirige un pays englué dans une crise économique et financière sans fin.

Créé en 1999, le MDC est le plus important parti opposé à la Zanu-PF, au pouvoir depuis l'indépendance en 1980.

En 2008, son chef, Morgan Tsvangirai, avait devancé Robert Mugabe au premier tour de l'élection présidentielle, avant de renoncer à disputer le second après une vague de violences meurtrières contre ses partisans.

AFP

Ses derniers articles: Est de la RDC: la principale rébellion burundaise délogée de son fief par l'armée  Les Tanzaniens se rendent aux urnes dans une démocratie secouée par le "Bulldozer"  Au Gabon, la réouverture des Eglises sème la discorde