SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Les employés d'Air France contre la délocalisation

Les entreprises françaises se ruent de plus en plus vers le Maroc. Après le centre d'appel du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (Stif) —l'organisation chargée des transports dans la région parisienne— cet été, c’est au tour de la compagnie aérienne Air France d’annoncer la délocalisation d’une partie de ses activités au royaume chérifien.

Une partie du centre de maintenance de l’entreprise française, qui était installée à l’aéroport de la ville de Toulouse, sera délocalisé au Maroc durant cet automne, rapporte le Magazine du Manager. Une décision qui entre «dans le cadre du plan de transformation d’Air France Transform 2015», rapporte le site. La nouvelle ne fait pas que des heureux. On note, une vague de  protestations du côté des employés d’Air France.

En réalité, il s’agit d’un repli stratégique pour la société française. Au Royaume chérifien, Air France détient, tout comme son partenaire local Royal Air Maroc (RAM), 50% des parts d’Aerotechnic Industries (ATI), une co-entreprise disposant des mêmes compétences techniques que le centre Croix du Sud.

Si une telle décision contente la direction, du côté des employés la grogne monte. Et, expliquent que 220 emplois seraient menacés à Toulouse. Ceux-ci concernent presque tous les services de la boîte. Du centre d’appel de l’entreprise à son administration en passant par les services commercial et informatique. Sans compter les 115 postes délocalisés d'office au Maroc.

Pour rassurer le personnel, la direction d’Air France, a estimé la réduction du personnel à une «centaine de personnes». Seule une partie de l’activité est externalisée au Maroc, l’autre resterait à Toulouse. Les autres départs sont mis sur le compte des «départ-volontaires», informe le Magazine du Manager.

Les employés qui dénoncent un «camouflage», avancent que la baisse des effectifs se fera sentir au cours de l’année prochaine. Le feuilleton est loin de connaitre son épilogue. Pour les employés, Air France vient de franchir le Rubicon. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif est très attendu sur cette question.

Lu sur Magazine du Manager

A lire aussi

François Hollande peut-il tout dire sur le Maroc?

A Ouarzazate, le Maroc veut briller de mille feux

Pourquoi les routes marocaines sont si meurtrières?