SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - L'armée soupçonnée de se venger sur des civils

A Maiduguri, une ville du nord-est du Nigeria, l'armée a ouvert le feu contre la population le 8 octobre. Bilan: on dénombre 30 cadavres et 50 bâtiments incendiés, selon un témoignage d'un journaliste de AP surplace, cité par la BBC.

L'opération de l'armée s'est déroulée juste après un attentat à la bombe à Maiduguri, qui a coûté la vie à 2 soldats.

L’armée nigériane a déclaré qu’elle avait tué 30 membres de Boko Haram le 7octobre à Damaturu, une autre ville du nord-est du Nigeria. Selon le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Sagir Musa, aucun civil n'a été tué à Maiduguri

Mais cette affirmation est contestée par de nombreux témoignages. D’après des infirmières, 30 cadavres qui ont été retrouvés étaient habillés en civil, et cinq autres portaient un uniforme, rapporte Reuters.

«Les soldats venus après l’explosion, ont commencé par harcèler les résidents en les frappant», selon un témoin.

«Mais après, ils ont ouvert le feu sans distinction et ont commencé à enflammer les maisons et les entreprises à Maiduguri.»

Un habitant a dit: «ils tirent sur tout le monde à vue». Un autre a confié à BBC qu’un camion plein de cadavres avait été conduit vers l'hôpital.

Selon la BBC, les habitants sont coincés entre les attentats de Boko Haram et les attaques de l’armée et ne savent plus où se refugier.

Lu sur BBC News

A lire aussi

Delta du Niger - Comment réinsérer les ex-rebelles

Les talibans de l'Afrique noire

SOS Nigeria