SlateAfrique

mis à jour le

Le dessous des cartes africaines

Comment les explorateurs du XVIe siècle se représentaient-ils le continent africain? Le site How To Be A Retronaut, qui propose de nombreuses rétrospectives culturelles sur le Web, en donne une idée avec une collection de 27 cartes de l’Afrique que l'auteur s'est procurée auprès de l’université de Princeton (Etats- Unis).

Elles ont été tracées par les plus grands cartographes européens de l’histoire. La première présentée sur le site, datée de 1554, est l'œuvre du Néerlandais Sebastian Münster (cartographe, astronome, mathématicien), et provient vraisemblablement de Cosmographia Universalis, un ouvrage de référence en géographie extrêmement populaire au XVIe siècle.

L’auteur semble s’être soucié davantage du côté esthétique de sa carte que de l’exactitude du tracé. La forme oblongue de l’Afrique centrale et australe est gommée, ainsi le continent rappelle plutôt l’Asie.

Par ailleurs, l’île de Madagascar ne figure pas systématiquement sur les cartes. Elle a pourtant été découverte par les Européens en 1500, grâce au navigateur portugais Diego Dias.

Si le souci du détail géographique n'était pas forcément le condition sine qua non à la publication des cartes du continent africain, leurs auteurs y révèlent en revanche leurs talents d'ornementation. Les territoires sont décorés d’éléphants, de couronnes, et de grands voiliers qui naviguent sur les océans. Le plus doué est sans doute le français Victor Levasseur. Sa carte, datée de 1852, est insérée entre deux scènes de curiosités exotiques.

Plutôt que de guider le voyageur qui souhaiterait visiter l'Afrique, les auteurs livrent des éléments de civilisation propres à chaque territoire. Sur la carte d'Henri Abraham Châtelain (1719) le lecteur apprend par exemple que les Hottentots du cap de Bonne-Espérance vivent de la chasse, pour laquelle ils seraient «forts et adroits», écrit-il. Quant à leurs voisins, les Namaquas, ils rieraient «rarement» et se parleraient «fort peu».

Une carte du Néerlandais Olfert Dapper datée de 1670 figure également sur le site. Elle représente l'Afrique du Nord. Etonnant, dans la mesure où le célèbre humaniste… ne s'est jamais rendu sur le continent. Pourtant, comme le signale le site du musée parisien dédié aux arts africains et qui porte son nom, Dapper reste une référence pour les africanistes.

Lu sur How To Be A Retronaut