SlateAfrique

mis à jour le

Le Qatar finance aussi des camps d'entraînement du djihad en Tunisie

L’émission de télévision française C’ dans l’air a animé un débat le 8 octobre autour du thème des islamistes radicaux français qui versent dans le djihadisme: «Terrorisme: le terreau français» a rapporté le site Kapitalis.

Louis Caprioli, spécialiste des réseaux islamistes en Afrique du nord et en Europe, invité par l’émission de France 5, a déclaré avoir connaissance de réseaux djihadistes français s’entraînant en Tunisie et en Libye.

«Des Français vont en Tunisie s’entraîner dans des camps djihadistes tunisiens financés par le Qatar, ou en Libye, notamment dans la région de Derna (nord-est de la Libye), où des gens s'entraînent avant d’aller faire le djihad en Syrie».

Ces révélations sont intervenues deux jours après le démantèlement d’une cellule djihadiste en France et le jour même de la preuve de la présence de Français au sein des groupes islamistes du Nord-Mali par Radio France Internationale.

Désormais consultant pour une société de sécurité privée, Louis Caprioli avait été jusqu’en 2004 le sous-directeur chargé de la lutte contre le terrorisme à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) en France.

«La Tunise serait-elle devenue un vivier du terrorisme international?», s'interroge le journaliste Imed Bahri de Kapitalis.

Le 2 février 2012, des affrontements en Tunisie avaient opposé les forces de sécurité à trois djihadistes armés, et s’étaient soldés par la mort de deux d’entre eux. Des caches d’armes dans le sud du pays avaient aussi été découvertes, ainsi que des camps d’entraînement au nord-ouest.

La présence de nombreux djihadistes tunisiens arrêtés en Syrie témoigne de la place de la Tunisie dans les réseaux djihadistes.

Lu sur Kapitalis, C' dans l'air

A lire aussi

Les islamistes à l'épreuve du bikini

La charia, c'est quoi au juste?

Tunisie: Kasserine, la ville où les martyrs sont morts pour rien

La justice tunisienne n'a plus rien de juste