SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Dakar fait le grand ménage pour accueillir Hollande

Dakar s’apprête à recevoir le président français, François Hollande, en grandes pompes pour sa première visite officielle au Sénégal, prévue dans la soirée du 12 octobre prochain.

1.500 jeunes ont été mobilisés par le ministère des Collectivités locales en collaboration avec la Mairie de la ville pour faire de la capitale «une ville propre», souligne Sudonline.

Depuis le 6 octobre dernier, des jeunes ouvriers, élèves et étudiants débarrassent Dakar de toutes les ordures, déchets solides et autres herbes sauvages qui ornent les différentes grandes artères de la ville. Et ce durant six jours.

Le fait est rare pour être souligné. Armés de balais, rateaux, poubelles, brouettes et pelles, assistés de pelles mécaniques et camions bennes, les jeunes évacuent les déchets qui campent le décor dans certains grands artères de la ville de Dakar.

Abdou Aziz Sylla, directeur d’Adeca (société de l’environnement pour la gestion des déchets) et responsable du groupement de ces jeunes, explique le but de ce projet initié par le ministère des Collectivités locales, dirigé par Cheikh Bamba Dièye.

«Ils nous ont demandé de nettoyer toute la ville de Dakar. C’est une opération régulière, et cette fois-ci, c’est pour une durée de six jours. Ces jeunes seront rémunérés», renseigne-t-il.

D’ailleurs, ces jeunes sont regroupés et sensibilisés sur le maintien de l’environnement. Ils sont aussi imprégnés des processus du nettoiement et traitement des déchets.

Bassirou Fall, un jeune maçon vivant dans la banlieue dakaroise déplore toutefois le manque de matériel de travail, même s’il trouve la rémunération acceptable.

«On nous a fait part d’’un projet de nettoiement avec une rémunération de 4.000 milles F CFA par jour (soit 6 euros). Alors je me suis lancé d’autant plus que je suis maçon, c’est un plus pour moi. A part le manque de matériel qui nous pose un peu de problème, tout se passe bien».

Sudonline souligne que ce projet arrive à point d'autant plus que les rues de Dakar sont de véritables canaux d’ordures à ciel ouvert.

Lu sur Sudonline

A lire aussi

François Hollande dans le marigot africain

Hollande peut-il tuer la Françafrique?

Moi, président (du changement), j'irai à Kinshasa