SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi le film Winnie exaspère l'ex-femme de Nelson Mandela (VIDEO)

Sorti le 5 octobre sur les écrans canadiens, le film Winnie, du Sud-Africain Darrell Roodt, retrace la vie de l'ex-femme de Nelson Mandela, qui était appelée la «Mère de la Nation» ou encore «Mama Winnie».

Inspiré du livre Winnie Mandela: a life, le film a été projeté lors de la 8e édition du Festival international du film black de Montréal, au Québec, qui s’est terminé le 30 septembre dernier et au Festival de Toronto en 2011.

On retrouve dans cette coproduction canado-sud-africaine, tourné en Afrique du Sud, l’actrice Jennifer Hudson qui incarne Winnie Madikizela Mandela et Terrence Howard, dans le rôle de Nelson Mandela.

 «Aux yeux de bien des gens, et de tous les adorateurs de son ex-mari Nelson Mandela, l’icône de la lutte antiapartheid en Afrique du Sud, cette femme n’est peut-être pas le diable en personne… mais une proche parente», explique le site québécois Le Devoir.

Le réalisateur Darrell Roodt a voulu s’attaquer à une vision manichéenne qu’ont certains Sud-Africains à l’égard de cette femme.

«C’est une femme brillante, directe et persuasive, affirme Darrell Roodt dans un entretien accordé au site québécois Le Devoir. La perception de Winnie Mandela en Afrique du Sud est ambiguë et je voulais que mon film reflète cette ambiguïté.»

La principale intéressée est-elle ravie du film? Apparemment non. «La mère de la nation» n’a pas été approchée «et elle n’était vraiment pas contente» d’être mise à l’écart a indiqué Darrell Roodt.

L’ex-membre du Congrès national africain (ANC) aurait même porté plainte.

«Je n’ai rien contre Jennifer, mais j’ai tout contre ce film. On ne m’a pas consulté. Je suis toujours en vie! Je crois que c’est un manque total de respect, que de venir comme ça en Afrique du Sud, faire un film sur mon combat et appeler ça la vie romantique de Winnie Mandela. C’est une insulte. Il n’y avait rien de romantique dans mon combat.»

Du côté de la production, on invoque la neutralité.

«Nous nous sommes inspirés de la biographie non autorisée d’Anne Marie du Preez Bezdrob, déclare Michael Mosca, le coproducteur canadien. Nous ne voulions pas donner une image trop dure de Winnie, mais pas non plus tomber dans la complaisance ; le public n’aurait pas suivi si elle avait eu un droit de regard

Aucune sortie n’a été annoncée pour le moment, le film n’ayant pas encore de distributeur, ni aux États-Unis ni en France.

Lu sur Le Devoir

A lire aussi

Chanter la haine raciale vaut bien un procès

Inimitable Mandela

Afrique du Sud: l'avenir incertain de l'ANC

Mandela, une marque qui vaut de l'or