SlateAfrique

mis à jour le

Ces familles espagnoles privées d'adoption au Maroc

Le couperet est tombé. La circulaire durcissant les procédures administratives relatives à la kafala, procédure d’adoption spécifique au droit musulman au Maroc, a finalement décidé de fermer les adoptions internationales, rapporte le quotidien espagnol El Pais.

Mustafa Ramid, le ministre de la Justice a interdit toutes les adoptions hors du territoire national. Raison invoquée: si l’enfant reste au Maroc, il gardera son identité, sa culture et sa religion d’origine, chose impossible à vérifier s’il est emmené hors du pays.  

44 familles espagnoles en cours d’adoption reste dans l'expectative. Elles ont écrit aux ministres des Affaires étrangères de l'Espagne et du Maroc afin de pouvoir terminer le processus.

C’est un coup dur pour ces familles qui répondaient pourtant à tous les critères juridiques pour la kafala avant que la circulaire ne tombe. Outre la nécessité de se convertir à l’Islam et d’adopter la nationalité marocaine —deux conditions requises depuis la première loi de 2002 sur la kafala—, ils devaient justifier d’une présence de fait sur le territoire marocain

Plusieurs familles ont témoigné dans le quotidien espagnol qu’elles rendaient visite à leurs «enfants» tous les jours à l’orphelinat Laila Meryam à Rabat afin de créer des liens familiaux solides, pour que l’adaptation à leur nouvelle vie soit plus facile.

Lu sur El Pais et Afriquinfos

A lire aussi

Les 10 Fatwas de l'année

Afrique du sud, l'adoption en noir et blanc

Le Maroc avant l'Islam