SlateAfrique

mis à jour le

Mali - Ces docteurs africains qui peuvent guérir le continent du paludisme

«Les premiers résultats sont extraordinaires» s’est enthousiasmé le professeur Ogobara Doumbo, parasitologue malien spécialiste du paludisme, lors de la remise de la médaille de la ville de Lyon le 4 octobre, en marge du prix Galien pour la recherche pharmaceutique, a indiqué le quotidien français La Croix.

Le traitement qu’il a mis en place pour prévenir en amont la maladie a de quoi convaincre: conçu au Centre de Formation et de Recherche sur le Paludisme (MRTC en anglais) de l’université de médecine de Bamako, le traitement a concerné 175.000 personnes, des enfants de moins de 5 ans, c'est à dire les plus vulnérables. Il a permis de réduire de «65 % les cas touchés par la maladie au Mali», souligne le magazine web Youphil.

«100.000 décès peuvent être évités chaque année en Afrique de l’Ouest» a conclu le professeur Doumbo au sujet de ses recherches. Cela constituerait en effet un progrès énorme. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait dénombré quelques 655.000 cas de décès liés au paludisme en 2010. Ce chiffre avait été en outre considéré en deçà des réalités par certains.

Le professeur Doumbo a aussi pour objectif de créer un vaccin contre le paludisme à moyen terme. D’après le quotidien La Croix, sa fierté est d’avoir conduit la totalité de ses travaux au Mali, sans avoir besoin de s’adresser à des laboratoires occidentaux.

«Nous ne sommes pas des collecteurs de données pour les laboratoires du Nord» a-t-il ainsi déclaré.

Le système qu’il a mis en place au niveau universitaire lui permet ainsi de sélectionner les meilleurs étudiants, puis de les envoyer parfaire leur apprentissage en Occident, «entourés par des professeurs amis» selon le quotidien français. Une fois de retour au Mali, les jeunes docteurs peuvent immédiatement commencer leurs recherches, avec un bon salaire financé en partie par un institut de recherche américain.

De quoi faire dire au professeur Ogobara Doumbo que son système, efficace, est «unique en Afrique».

Lu sur Youphil, La Croix

A lire aussi

Une nouvelle arme contre le paludisme d’importation

Paludisme: les vaccins ne sont plus des mirages

Paludisme: deux fois plus de morts qu'annoncé

L'Afrique bientôt débarrassée de la dengue?